Huffpost Algeria mg

Un trafiquant de drogue s'évade de la prison d'El Harrach avec la complicité de son avocate

Publication: Mis à jour:
EVASION_PRISON_688314933
DR
Imprimer

Un scénario digne des films hollywoodiens mais qui se déroule pourtant à El Harrach (Est-Alger). Un dangereux trafiquant de drogue s'est évadé de prison samedi dernier avec la complicité de son avocate, rapportent ce mercredi 27 avril plusieurs médias.

Ce" dealer", qui avait déjà tenté de s'enfuir de la prison de Koléa avant d'être transféré à celle d'El Harrach, a réussi à s'évader de l'enceinte de cet établissement en se mêlant aux familles des détenus. Il avait utilisé des vêtements, une chemise et un pantalon, que sa "présumée" avocate, selon Ennahar, lui a rapporté lors de ses visites en échange d'une somme de "5 milliards de centimes".

A en croire le quotidien francophone El Watan, son avocate de M'Sila, qui relève du barreau de Sétif, avait rendu visite à son client jeudi dernier et lui avait laissé son badge d'accès à son départ. Les gardiens de cet établissement pénitentiaire ne lui ont pas demandé de le restituer.

Deux jours plus tard, la même avocate est revenue rendre visite à ce dangereux trafiquant de drogue, lui apportant des vêtements, dont une chemise et un pantalon.

La même source explique que le le dealer s'est mêlé aux membres des familles des détenus pour quitter les parloirs de la prison sans que ses gardiens, pourtant réputés pour leur sévérité, ne remarquent cette évasion.

Ces derniers ne se sont ainsi rendus compte de l'absence de ce détenu qu'en fin de journée, au moment de l'appel. L'évadé était ainsi déjà loin ...

L'enquête menée a permis l'arrestation de l'avocate, déférée devant la justice, dès lundi, puis placée sous mandat de dépôt. 14 gardiens de la prison d’El Harrach sont encore sous enquête. Le directeur de la prison et son adjoint sont aussi en prison par mesure conservatoire, selon Ennahar encore.

Selon la même source, l’enquête n’a toujours pas révélé si d'autres complices ont participé à ce plan d'évasion.

Certains éléments des services de sécurité, relayés par El Watan, estiment que l'évadé ne peut pas quitter Alger en raison du bouclage des accès. D’autres estiment qu’il a déjà quitté le pays par voie terrestre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.