Huffpost Maroc mg

Un générique anti-VIH des plus efficaces attendu au Maroc début 2017

Publication: Mis à jour:
SIDA
Un générique anti-VIH des plus efficaces attendu au Maroc début 2017 | DR
Imprimer

SANTÉ - "C’est une grande victoire, et un moment qu’on attendait depuis plusieurs mois." Morgane Ahmar, chargée de plaidoyer à l’ALCS (Association de lutte contre le sida), ne cache pas sa joie suite à l’annonce, faite lundi 25 avril par le laboratoire Viiv Healthcare, de son extension de l’agrément de licence du Dolutégravir à plusieurs pays parmi lesquels le Maroc.

Le Dolutégravir, un antirétroviral qui appartient à une classe de médicaments appelés inhibiteurs de l'intégrase, est l’un des médicaments anti-VIH les plus efficaces du moment. Bientôt il fera son entrée au Maroc où il pourra être importé dans sa version générique (la licence ne permet pour l'instant pas à des compagnies marocaines de le fabriquer, le générique sera importé de compagnies génériques d'Inde).

"En décembre dernier, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) avait recommandé ce traitement aux personnes vivant avec le VIH, car il a une très bonne efficacité par rapport aux autres molécules utilisées. Le traitement princeps (de marque) coûte en moyenne 14.000 dollars par an, pour chaque patient, et jusqu'à présent le Maroc ne pouvait pas se procurer le générique", explique Morgane Ahmar.

Certes, le ministère de la Santé fournit gratuitement les traitements antirétroviraux aux personnes atteintes du VIH au Maroc. Mais le Dolutégravir n’en faisait pas partie car trop coûteux pour le département de Houcine El Ouardi.

Qu’en est-il du prix du générique? "Le fabricant de médicaments génériques Aurobindo a annoncé un prix de 44 dollars, dans le cadre d'un programme avec la fondation Clinton, ce qui constitue l'offre la moins élevée. Mais cette tranche de prix est plutôt destinée aux pays subsahariens à très faibles revenus. Pour le Maroc, nous tablons plus sur un prix de 70 dollars par an et par patient", souligne Morgane Ahmar, qui précise que "pour l’instant, il faut d'abord que les médicaments soient préqualifiés par l'OMS, ce qui est attendu d’ici fin 2016. La commercialisation au Maroc devrait se faire début 2017".

Selon des chiffres du ministère de la Santé, près de 32.000 personnes sont atteintes du VIH au Maroc. Or, seules 9.000 d'entre elles sont déclarées. Chaque année, quelques 3.000 nouvelles infections surviennent, et 1.400 décès à cause du VIH sont à déplorer, annuellement, au Maroc.

LIRE AUSSI: