Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Merah, reçoit le "Women of Courage Award" des mains de John Kerry

Publication: Mis à jour:
LATIFA IBN ZIATEN
Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Merah, de nouveau décorée | AFP
Imprimer

HOMMAGE - Latifa Ibn Ziaten, militante associative franco-marocaine, a reçu, mardi 29 mars à Washington, le prix "des femmes courageuses" ("Women of Courage Award"), décerné par la diplomatie américaine.

Aux côtés de treize autres femmes, la mère d'un soldat abattu par le terroriste Mohamed Merah en France en mars 2012, a reçu cette distinction des mains du secrétaire d'Etat américain John Kerry pour son combat contre la radicalisation des jeunes et son action pour la promotion du dialogue interreligieux.

Lors d'une cérémonie organisée au siège du département d'Etat américain, M. Kerry a salué "la détermination et l'engagement" de la militante associative pour la lutte contre l'extrémisme violent. "Je voudrais sauver ceux qui sont à l'origine de ma souffrance", a-t-il ajouté en français, en référence à des propos qu'elle a elle-même prononcés au lendemain de la mort de son fils, Imad.

En avril 2012, Latifa Ibn Ziaten avait fondé l'association "Imad Ibn Ziaten" pour la jeunesse et la paix qui œuvre auprès des enfants, adolescents et jeunes adultes issus de milieux défavorisés. Mme Ibn Ziaten avait été décorée le 11 mars de la Légion d'honneur par le président français François Hollande en reconnaissance de son engagement. Elle a également reçu "le prix de la fondation Chirac" en novembre dernier.

Le Prix "Women of Courage Award" rend hommage chaque année à des femmes du monde entier qui ont "démontré un courage exceptionnel" à travers leurs actions pour la paix, la justice, les droits de l'homme ou encore l'égalité entre les hommes et les femmes. Depuis sa création en 2007, ce prix a récompensé près de 100 femmes de 60 pays.

En décembre dernier, Latifa Ibn Ziaten avait été huée à l'Assemblée nationale française en marge d'une rencontre sur la laïcité. En cause, le port du foulard contesté par certaines personnes dans l'assistance qui ont quitté la conférence. Les huées ne provenaient pas de députés: il s'agissait d'une rencontre qui se tenait à l'Assemblée nationale, mais sans la présence d'élus.

LIRE AUSSI:
Close
Les hommages sur les lieux des attentats à Paris
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée