Huffpost Maroc mg

Indignation générale de la société civile suite à l'agression d'un couple homosexuel à Beni Mellal

Publication: Mis à jour:
GAY LYNCHAGE
La société civile s'indigne après l'agression sauvage d'un coupe homosexuel à Beni Mellal | Capture d'écran
Imprimer

HOMOPHOBIE - Suite à la publication sur les réseaux sociaux de la vidéo montrant l'agression sauvage d'un couple homosexuel à Beni Mellal, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer cet acte de violence qui porte atteinte à la dignité humaine.

Si à l'heure qu'il est, on ignore la date de l'agression homophobe, mais aussi le devenir des deux victimes et leurs ravisseurs, des rumeurs de plus en plus persistantes avancent que les deux hommes agressés ont été arrêtés et devraient être présentés devant le procureur. Les agresseurs seraient, eux, en liberté.

Même des chroniqueurs marocains connus par leur conservatisme ont fait part de leur état choc face à la violence des images. C'est le cas de Mayssa Salama Ennaji, activiste et chroniqueuse pour plusieurs supports arabophones. Celle qui a toujours critiqué la société marocaine pour "son éloignement de la religion" s'est dite "choquée par cet acte" en défendant "l'intimité de ce couple, qui s'est pourtant protégé des regards". Devant les multiples réactions négatives de sa base de fans sur Facebook, Salama Ennaji a cédé à la pression et a supprimé son post.

Le collectif Akalyat, consacré aux minorités sexuelles et religieuses, a appelé à "l'ouverture d'une enquête équitable et transparente autour des agresseurs, et la signature des plus dures sanctions juridiques contre eux", tout en réclamant "la libération immédiate des deux victimes en assurant leur sécurité et leur stabilité psychologique".

Le collectif «AKALIYAT» lutte contre la discrimination à l’encontre des minorités sexuelles et religieusesDéclaration...

Posted by ‎مجلة أقليات Akaliyat Mag‎ on Friday, March 25, 2016

Le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) a, pour sa part, invité "les associations et autres membres de la société civile, les élus et l'ensemble des personnes qui ont été choquées à soutenir le mouvement en relayant et diffusant largement la lutte contre l'homophobie".

بيان تنديدي: على إثر تداول شريط الفيديو على الأنترنت يتعرض فيه مواطنان مغربيان لإعتداء وحشي، للهجوم على المسكن، للضرب ...

Posted by Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles - Maroc on Friday, March 25, 2016

Le MALI a d'ailleurs lancé une pétition sur Avaaz, appelant à stopper l'homophobie au Maroc. "Nous refusons une morale sexuelle de tous imposée à chacun. Cela relève de la liberté humaine, de l’intimité et de la vie privée", réclame le mouvement dans le texte de sa pétition. A l'heure où nous écrivons ces lignes, 1.300 personnes ont adhéré à la cause.

parce que toute personne à le droit la liberté, à la sûreté de sa personne et à vivre dignement quelque soit son...

Posted by Mehdi Alioua on Saturday, March 26, 2016

En revanche, l'Association marocaine des droits humains se cantonne pour l'instant dans le silence. Sur son site officiel, le dernier communiqué remonte à l'expulsion de la représentante d'Avocats sans frontières, datant du 21 février.

Du côté des internautes enfin, stupéfaction et indignation se mêlent.

Ce n'est pas la première fois que des actes homophobes sont filmés et circulent sur les réseaux sociaux au Maroc. Depuis l'été dernier, plusieurs actes de violences contre des personnes homosexuelles ont été médiatisées, provoquant l'indignation de la société civile et des internautes.

Alors que les lynchages de personnes homosexuelles se sont multipliés, l'intervention de la Justice était primordiale. Invité à l'antenne de la station radio Chada FM, Mustapha Ramid, le ministre de la Justice, avait déclaré que "ces personnes (les homosexuels, ndlr) devraient subir une intervention chirurgicale afin de vivre leur vrai sexe", créant ainsi l'amalgame entre les personnes homosexuelles, et celles transsexuelles.

LIRE AUSSI:

Sur le web