Un boom des faillites d'entreprises marocaines en 2015 et 2016 selon Euler Hermes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ENTREPRISES - Dans son rapport automnal "Economic Outlook", la société d’assurance-crédit internationale Euler Hermes dresse un état des lieux sombre de la situation des entreprises marocaines. Les défaillances de sociétés marocaines ont augmenté de 15% en 2015, selon l'assureur qui prédit une augmentation des faillites de 10% supplémentaires en 2016.

Cette tendance inscrit le Maroc dans le paysage des pays émergents où les faillites sont de plus en plus courantes. "Cet état des faits est notamment lié à l'essoufflement du cycle immobilier, après une décennie marquée aussi bien par une politique étatique de grands travaux que par l'essor de l'investissement privé, en notant qu'il s'agissait là d'un levier majeur de croissance pour le pays", nous explique Hicham Bensaid Alaoui, directeur des risques à Euler Hermes Acmar, la filiale marocaine du géant de l’assurance-crédit.

Cette augmentation représente "un tournant" dans l’économie mondiale pour Euler Hermes, qui note que "2015 a été la première année où la baisse continue des faillites depuis la crise de 2008 s’est estompée dans les pays émergents". Si le Maroc s’inscrit clairement dans ce schéma, c’est pour des raisons différentes, selon le responsable Euler Hermes. "Alors que la plupart des pays dits émergents le sont principalement en raison de leurs richesses énergétiques, l'effondrement des cours de ces ressources a de fait impacté négativement leurs performances. Au Maroc, le ralentissement du secteur immobilier, levier-clé de croissance des années précédentes n'a pas impacté la croissance du PIB, mais a en revanche occasionné une hausse des défaillances d'entreprises", souligne Hicham Bensaid Alaoui.

"2016 sera la première année depuis la crise économique globale où les faillites cesseront de baisser. Les marchés émergents vivent une hausse des faillites sans précédent", tranche le rapport. Une réalité induite également par la dépendance du Maroc à ses alliés commerciaux. «La récession enregistrée par nos principaux partenaires, notamment européens, n'est pas allée dans le sens de l'amélioration des choses », estime le directeur des risques à Euler Hermes Asmar.

Pour gérer au mieux cette situation, le Maroc "travailler sur ses infrastructures et d’avoir une ambition globale avec une politique locale efficace", recommande l’assureur. "La faible diversification du tissu économique et la propension au mimétisme ont induit la saturation de secteurs spécifiques comme le métal et la promotion immobilière. Ce qui a eu pour effet l'augmentation des défaillances d'entreprises quelques années plus tard", analyse enfin le spécialiste.

Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée