Élections communales et régionales: Le décryptage de Mohamed Tozy

Publication: Mis à jour:
MOHAMED TOZY
Mohamed Tozy, politologue | DR
Imprimer

INTERVIEW - Y a-t-il eu un front anti-PJD? Le champs politique marocain se dirige-t-il vers une bipolarisation? Les dernières élections préfigurent-elles les prochaines législatives? Eléments de réponse avec le politologue Mohamed Tozy.

Le PJD a remporté la majorité des grandes villes, mais n'hérite que de deux régions. Y a-t-il eu une stratégie de "tout sauf le PJD", qui a parfois donné lieu à des alliances contre-nature pour barrer la route au parti islamiste?

Je pense qu’il faut analyser les coalitions de façon plus attentive. Le PJD est totalement inséré dans le jeu politique. Il a d’ailleurs voté pour l’Istiqlal dans le sud. Je ne pense pas qu’on voulait lui barrer la route. Simplement, la distribution des voix fait que nous avons eu des coalitions à géométrie variable.

Je ne pense pas qu’on voulait barrer le chemin au PJD, autrement il n’aurait pas décroché la direction des principales villes. En revanche, c’est une mise à l’épreuve pour ce parti, car la complexité des villes le mettra face aux citoyens pour la comptabilité de gestion. Pour les régionales, les résultats ne sont pas aussi clairs que pour les villes.

La bipolarisation est elle en marche, avec d'une part un bloc majoritaire mené par le PJD, et un bloc d'opposition avec comme chef de fil, le PAM; et d'autre part, une déferlante islamiste sur les villes et grands centre urbains et une victoire du PAM dans le milieu rural et les petites villes?

Vous savez, la coalition gouvernementale est composite. On ne peut pas parler de clivage quand on sait que les 4 premiers partis ont totalisé entre 15 et 18% des voix.

La dualité ne joue pas, car le Maroc n’est pas clivé : le rapport religion/politique n’est pas comme en Tunisie, et il n’existe aucun élément idéologique ou projet de société qui puissent créer un point de clivage, il y a juste des sensibilités dans chaque parti. Dans chaque parti, les sensibilités modernistes ou conservatrices peuvent d’ailleurs se mélanger.

Dans quelles mesures les résultats de ces communales et régionales préfigurent-ils les prochaines élections législatives de 2016?

A mon sens, ils ne préfigurent rien du tout. Les seules préfigurations qu’on peut avoir c’est qu’on tourne autour de 50% de taux de participation, et qu’en termes de distribution des voix, on remarque que 4 ou 5 partis deviennent importants, tandis que d’autres sont en train de disparaître. La préfiguration, c’est l’ancrage important du PJD dans les villes. Mais pour l’heure, on ne connaît pas la sociologie des électeurs du PJD. Aucune conclusion n’est à tirer pour les législatives.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
De A à X : Un abécédaire électoral
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction