Huffpost Maroc mg

Mairie: Qui est Mohamed Sadiki, le nouveau président du conseil de la ville de Rabat?

Publication: Mis à jour:
SADIKI
Qui est Mohamed Sadiki, le nouveau maire de Rabat? | dr
Imprimer

PORTRAIT - Méconnu du grand public, le nouveau maire de Rabat est pourtant un des ténors du parti islamiste. Ancien membre actif du Mouvement unicité et réforme (MUR), matrice idéologique du PJD, Mohamed Sadki est le quatrième mousquetaire, qui a fait ses armes aux côtés de Abdelillah Benkirane, Salaheddine El Othmani ou encore Mustapha Ramid. A eux quatre, ils forment le noyau dur de l’actuel PJD, qui a rejoint Abdelkrim El Khatib lors de la création du parti en 1998.

Sans surprise donc, le successeur de Fathallah Oualalou a été élu ce mercredi 16 septembre, maire de la capitale administrative, en obtenant 59 voix contre 21 pour son rival Ibrahim Joumani du Parti authenticité et modernité (PAM). L'édile de la capitale a bénéficié du vote des conseillers du Rassemblement national des indépendants (RNI) et du Mouvement populaire (MP), qui ont fait pencher la balance du côté du maire PJD, en apportant leur vote.

L’ingénieur du PJD

Membre du secrétariat régional du PJD à Rabat, membre du Conseil national du parti et plus récemment conseiller à la commune Agdal Riad, Mohamed Sadki a occupé le poste de chef de cabinet du ministre de l’Équipement et du transport, Aziz Rabbah, autre membre influant du PJD qui brigue d'ailleurs un second mandat de maire dans la ville voisine de Kénitra.

Diplômé (entre autres) de l'École Mohammadia d'ingénieurs, le président de l’association des ingénieurs du PJD a occupé le poste de directeur de Redal, la société chargée de la gestion déléguée des services d'assainissement liquide et de distribution d'eau potable et d'électricité à Rabat, avant d’opter pour un départ volontaire.

“Il a de grandes compétences, et c’est quelqu’un d’ouvert qui entretient de bonnes relations avec tout le monde. C’est sûr qu’il adoptera dans le cadre de ses nouvelle fonctions un mode de gestion participatif”, assure Abdelhak Larbi conseiller du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

LIRE AUSSI: