Djanet, Hoggar... des circuits au Sahara toujours interdits aux touristes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les agences touristiques doivent éviter certains circuits au sud du pays durant la saison touristique hivernale pour des raisons sécuritaires. Les endroits concernés, désignés par les services de sécurité, se trouvent à Djanet, près de la frontière libyenne, ainsi que dans le Hoggar, a rapporté aujourd'hui 10 septembre le journal El Khabar.

Cette interdiction a été décidée en 2008 puis reconduite en 2010.

La ville de Ghardaïa, scène d'affrontements entre habitants en juillet dernier qui ont fait une vingtaine de victimes, n'est pas concernée par cette nouvelle interdiction, ajoute le quotidien arabophone.

Le vaste Sahara algérien a toujours été une des attractions touristiques les plus importantes du pays. Débutant en octobre, la saison saharienne connait un afflux important de visiteurs algériens mais aussi étrangers, avec un pic durant les fêtes de fin d'année. Selon les chiffres du ministère du tourisme et de l’artisanat, près de 6 600 touristes étrangers ont visité les wilayas du Sud entre octobre et décembre 2013.

LIRE AUSSI: Le coucher de soleil au Sahara en 10 photos

Sécurité, visas, et autres obstacles

Ce chiffre connait cependant une chute qui se poursuit depuis plusieurs années. En octobre 2014 et après l'assassinat du touriste français Hervé Gourdel par un groupe terroriste, environ 1000 touristes étrangers ont annulé leurs départs prévus pour l'Algérie.

Les risques sécuritaires dissuadent les visiteurs étrangers et réduisent les possibilités pour les professionnels du tourisme. "Depuis la fermeture du tassili du Hoggar, les gens ne viennent plus! C’est une sorte de barrière, car c’est l’endroit le plus prisé”, a déclaré à Liberté Nicolas Loizillon, attaché commercial dans le tourisme entre Paris et Tamanrasset.

La sécurité n'est cependant pas le seul facteur qui plombe le tourisme étranger au sud algérien. La lourdeur administrative, assurent les professionnels, décourage les clients désireux de visiter le sahara.

"L’agence de voyage envoie la demande à la Direction du tourisme et de l’artisanat (DTA) qui la transmet au Wali qui la renvoie à la DTA qui la transmet au ministère du tourisme et de l’artisanat qui l’adresse au ministère des affaires étrangères qui la fait suivre à l’Ambassade qui l’envoie pour finir au Consulat", a expliqué à Maghreb Emergent Bachir Djeribi, président du syndicat national des agences de voyages d’Algérie.

Ce processus, qui prend au minimum deux mois selon M. Djeribi, pousse les touristes potentiels à choisir des destinations plus accessibles.

LIRE AUSSI: 15 photos spectaculaires de l'Algérie prises par des drones

LIRE AUSSI: Omar Dakhane, photographe amoureux du Sahara (PHOTOS)

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Egalement sur HuffPost Algérie:

Close
15 photos incroyables de l'Algérie prises par des drones
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction