Tunisie: "Je nettoie ma rue et je la maintiens propre" - L'action citoyenne contre la saleté

Publication: Mis à jour:
DCHETS PORT DE GABS
Déchets au port de Gabès | Facebook
Imprimer

ENVIRONNEMENT - Il semblerait que l’État tout autant que le citoyen ait oublié sa responsabilité quant au maintien de la propreté, ce qui offre quotidiennement un spectacle désolant des rues tunisiennes, où les détritus s’accumulent.

L’action citoyenne “Je nettoie ma rue et je la maintiens propre" fait de la propreté son combat personnel.

La démarche est simple: elle consiste à nettoyer devant chez soi et de poster par la suite un avant/après de la rue nettoyée.

“Peuple tunisien, vous me soulevez le coeur!”

Si cette campagne de nettoyage s’étend sur une grande partie du pays, Laura Mosser, une des organisatrices, raconte au HuffPost Tunisie, les difficultés qu’elle a eu à se faire écouter par les citoyens tunisiens.

Cette Française qui vit depuis cinq ans en Tunisie dresse un constat accablant. Elle a même avoué que plusieurs fois elle s’est résolue à rentrer en France, à cause de la saleté environnante.

“J’aime énormément ce pays, j’y vis depuis 2010. J’y ai vécu la révolution, les bouleversements et les colères. Mais la saleté devient insupportable.”

À l’origine de la Brigade Verte de Tunisie, Laura Mosser explique que son initiative première était personnelle: "Un jour, je suis sortie et j’ai décidé de nettoyer devant chez moi. Mes voisins m’ont félicitée mais au bout d’un mois, la rue est redevenue aussi sale qu’avant." Peinée par cette indifférence générale, elle lance un cri de colère: “Peuple de Tunisie, vous me soulevez le coeur!”

Suite à cela, plusieurs personnes l’ont contactées sur son compte Facebook personnel afin d’organiser une action citoyenne de propreté.

Avant de critiquer ton voisin, balaye devant ta porte

Laura Mosser explique que le travail s’est fait rapidement. Quand l’évènement a été crée, un formulaire de participation a rapidement été mis en ligne. Les villes côtières sont celles qui comptent le plus d’adhérents. Face à ce constat, Laura Mosser précise que la mobilisation citoyenne ne s’arrêtera pas au 30 août:

“On prévoit de sensibiliser les régions plus reculées. On est conscient que Facebook est un réseau social hors du commun pour l’organisation de ce type d’action mais que certaines régions en sont dépourvues", raconte-t-elle.

"La jeunesse est également dans le collimateur des organisateurs, on a d'ailleurs pris contact avec le Responsable des Scouts Tunisiens" a-t-elle indiqué. L’idée d’une campagne visant les enfants est également en cours de discussion.

“Les citoyens n’ont pas conscience que la saleté a un effet néfaste sur la santé. Un des organisateurs est médecin et après la mobilisation du 30 août, on compte travailler sur ce côté”

"Nous n'entamerons pas un bras de fer avec les municipalités"

Laura Mosser insiste sur la nécessité de synchroniser le travail bénévole avec celui des municipalités: “Notre but est de marcher avec eux, non pas d’entamer un bras de fer”.

Concernant les déchets qui seront collectés le dimanche 30 août, elle espère que l’Agence nationale de la Gestion des Déchets fournira un espace de recyclage adéquat.

“Notre action ne serait plus éthique, si nous transportions les déchets collectés d’un endroit à un autre. Les brûler est également impensable!”, assure-t-elle au HuffPost Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Campagne de nettoyage sur la plage d'El Haouaria par le collectif "Protection environnementale et morale"
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction