L'implantation d'Uber au Maroc en dix points

Publication: Mis à jour:
UBER
Tout ce que vous devez savoir sur Uber Maroc | dr
Imprimer

TRANSPORT – C'est officiel, Uber est lancé à Casablanca. Le service de transport connecté promet "des prestations de qualité" et mise sur un créneau "premium" à l'adresse des jeunes urbains actifs. Tarification, statut de l'entreprise, projets de développement, sécurité, mode de paiement… Meryem Belqziz, la directrice générale d'Uber Maroc, nous dit tout sur l'implantation du géant du transport privé au Maroc.

  1. Uber X, le service milieu de gamme d'Uber, sera opérationnel à partir du 21 juillet à 7 heures du matin à Casablanca. "Nous serons en phase de test pendant un ou deux mois, avant de lancer le service officiellement à la rentrée." A bord, chaque véhicule pourra accueillir quatre passagers. Côté tarifs, il faudra compter un prix de base de 20 dirhams, en plus de 5 dirhams par kilomètre. Le prix minimum d'une course est de 30 dirhams. Pour annuler une commande, il faudra débourser une somme similaire.
  2. Uber ne se positionne pas comme un concurrent aux taxis. Ce sera un "service premium mais pas forcément luxe", selon Meryem Belqziz, directrice générale d'Uber Maroc. La start-up américaine implantée au Maroc s'adresse "aux jeunes actifs qui disposent d'un smartphone et utilisent leurs cartes bancaires pour le paiement en ligne" et mise sur un meilleur service: "des voitures récentes et en bon état, des chauffeurs triés sur le volet, la possibilité de choisir sa musique à bord de la voiture".
  3. Le service sera opérationnel 20/24h, entre 6 heures et 2 heures du matin, dans un premier temps avant d'être disponible 24/24h "en fonction des demandes des utilisateurs".
  4. Uber promet d'assurer la sécurité de ses utilisateurs. "Chaque passager pourra envoyer à une personne de son choix par SMS les détails de son trajet (numéro d'immatriculation de la voiture, informations sur le chauffeur, heure présumée de l'arrivée)", explique Meryem Belqziz qui rappelle que "les chauffeurs choisis travaillent pour des entreprises de transport touristique. Nous vérifions leur casier judiciaire et demandons leur fiche anthropométrique. En plus, nous disposons de tous les détails des trajets, ce qui rend très facile de retrouver quelqu'un en cas de problème", rassure-t-elle.
  5. Uber aspire à lancer d'autres produits au Maroc "prochainement, en fonction des résultats de la phase de test". "En plus d'Uber X, nous travaillons sur le lancement d'Uber Van, ainsi que notre service luxe Berline qui propose des voitures haut de gamme", assure Meryem Belqziz.
  6. Uber compte se lancer dans un second temps "à Rabat, Marrakech et Tanger". "Ce sont des projets sur lesquels nous travaillons actuellement. Pour ce faire, nous étudions ces villes au cas par cas." Une fois implanté dans ces villes, Uber pourrait assurer des trajets interurbains, mais pour l'instant, "nous nous concentrons sur le transport intra-urbain", assure Meryem Belqziz qui note néanmoins qu'Uber "assurera le trajet vers l'aéroport Mohammed V de Casablanca".
  7. Le paiement pourra se faire par carte bancaire. "Nous avons signé des partenariats avec Attijari Wafabank, la Banque populaire et la BMCE dont les cartes classiques fonctionnent parfaitement", assure Meryem Belqziz. Le service devrait être étendu aux détenteurs de cartes bancaires des autres banques marocaines. "Un paiement en cash n'est pas exclu, mais ce n'est pas pour tout de suite", note la directrice générale d'Uber Maroc.
  8. Légalement, Uber est une société de service "qui travaille en partenariat avec les sociétés de transport touristique". "Nous sommes une plateforme qui assure une solution technologique à ces sociétés qui mettent à notre service leurs véhicules", explique la directrice générale d'Uber Maroc. "Cela nous permet de disposer de véhicules agréés et de chauffeurs expérimentés."
  9. Le service de transport privé disposera de voitures "de type 4*4 cross over". "Pour être en règle par rapport à la législation marocaine, les sociétés de transport touristique avec lesquels nous sommes en partenariat ont un cahier des charges à respecter, et pour assurer un service milieu de gamme, ils sont tenus de disposer de 4*4."
  10. "Le nombre des voitures en service changera constamment en fonction du besoin des utilisateurs", explique enfin Mme Belqziz. "Nous sommes dans une approche flexible avec nos partenaires qui peuvent nous fournir plus de voitures si le besoin s'en ressent."

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
7 voitures qui ont marqué les Marocains
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction