Huffpost Maroc mg

Un incubateur de start-ups à vocation sociale ouvre ses portes à Rabat (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
DARE INC
Dare Inc. encore une vingtaine de start-ups à vocation sociale | MCISE
Imprimer

START-UPS – Depuis mai 2015, le Centre marocain pour l'innovation et l'entrepreneuriat social a mis en place son incubateur de start-ups Dare Inc., basé à Rabat. Le concept ? Sélectionner de jeunes entreprises à fort potentiel de développement portées sur l'entrepreneuriat social et les accompagner depuis le stade de l'idée jusqu'à la commercialisation de leur produit sur le marché. Financements, processus d'incubation, positionnement sur le marché… Eclaircissements avec Eric Asmar, le directeur de Dare Inc.

HuffPost Maroc: Quels sont les principaux volets de votre incubateur?

Eric Asmar: Nous avons pour but de dynamiser l'écosystème d'entrepreneuriat social à travers plusieurs activités. D'abord, l'incubation et l'accélération de start-ups à travers notre programme Dare Inc., mais aussi au sein de notre co-working space qui nous permet de disposer d'un espace physique qui sert de hub pour l'activité de tout l'écosystème qui se développe autour de nous.
Nous avons aussi monté un fonds d'amorçage, ce qui nous donne la possibilité de financer les start-ups à un stade d'avancement beaucoup plus précoce que les investisseurs classiques. Nous planchons également sur la création d'une plateforme de crowdfunding pour le financement de nos start-ups mais aussi pour soutenir tous les porteurs de projets à fort impact.

Vous disposez donc d'un espace de co-working, comment ce lieu fonctionne?

L'espace de co-working a ouvert ses portes le 30 juin dernier. Le Dare Space est un espace qui va servir de lieu de travail dans un premier temps. Le grand public, nos start-ups et nos partenaires peuvent venir y travailler comme dans n'importe quel autre espace de co-working. Ce sera également un endroit de formation autour de l'innovation, de l'entrepreneuriat et d'autres thématiques liées.
Nous consacrerons aussi une partie de nos locaux à l'événementiel, notamment culturel. Le but est de développer l'activité de l'espace avec tous nos partenaires, c'est un travail collaboratif auquel tous nos collaborateurs et start-ups contribuent.

Quand est-ce que le projet a été fondé ? Et combien de temps cela vous a pris pour tout mettre en place?

L'organisation mère, qui est le MCISE, a été fondée en 2012. Elle comprend quatre axes d'activité, dont Dare Inc. fait partie. On travaille sur la sensibilisation, l'éducation, l'accompagnement de projets et la recherche. L'incubation, à travers Dare Inc., est en cours depuis presque deux ans, mais cela a été formellement lancé en mai 2015.

Pourquoi cela a pris autant de temps?

Deux ans était la durée nécessaire pour trouver des bailleurs de fonds, travailler avec eux, développer notre réseau de partenaires internationaux et chercher un espace adapté à notre activité.

Etait-ce difficile de trouver des financements?

Il y a eu pas mal d'intérêt pour notre projet, mais il était question de trouver des partenaires qui partagent notre vision. On a eu le plaisir de travailler avec la fondation Drosos sur le développement de ce projet. C'est une institution basée à Zurich, en Suisse, qui a pour mission d'améliorer la situation et l'éducation de personnes issues de milieux précaires. Drosos s'intéresse aussi à la protection de l'environnement.

Pourquoi pas des financements marocains?

Les financements marocains existent, nous avons toujours des discussions en cours. Mais une chose est sûre, il y a beaucoup plus de bailleurs de fonds internationaux qui financent ce type de projets.

Pensez-vous qu'ils ne sont pas assez sensibles ou conscients de l'intérêt de ces projets?

Ça commence petit à petit. Ces dernières années, il y a eu une montée d'intérêt pour l'innovation et l'entrepreneuriat sociaux. Il y a beaucoup d'initiatives qui vont dans ce sens, et qui sont soutenues par des bailleurs de fonds marocains.

Vous vous axez sur l'entrepreneuriat social uniquement. Pourquoi ce parti pris?

Cela fait partie des fondements de l'organisation. Notre mission est de trouver des solutions à des défis à caractère social. L'entrepreneuriat est essentiel dans ce sens pour plusieurs raisons. D'abord pour la pérennité et l'autonomie du projet. Contrairement au modèle associatif classique, les projets sont financés par la communauté qu'ils touchent car ils disposent d'un produit.

Combien de start-ups incubez-vous ? Sur la base de quels critères ont-elles été sélectionnées?

On a choisi 20 start-ups. Pour les critères de sélection, nous cherchons une solution claire à une problématique bien définie. C’est-à-dire qu'il ne faut pas créer un produit et chercher son audience par la suite. Aussi, nous souhaitons accompagner des projets qui ont une vision économique durable. Le porteur de projet doit identifier son marché, estimer la valeur ajoutée de son produit et se baser sur une démarche économique liée à la solution proposée.
Les projets doivent aussi avoir un potentiel important de croissance et de réplication. Le concept doit pouvoir être repris au Maroc comme à l'étranger. L'ambition personnelle de l'entrepreneur accompagné compte beaucoup dans nos critères également.

Quelles sont les principales phases du processus d'incubation?

Le programme est en trois phases et s'adapte au niveau d'avancement de la start-up: la première phase porte sur la définition de la problématique et la proposition d'une solution. Nous travaillons avec les entrepreneurs sur le développement d'un premier prototype. La deuxième phase se consacre au modèle économique, où l'on se concentre sur le MVP (minimum viable product), qui est un prototype validé économiquement en terme d'impact. C'est pour nous la preuve que le concept fonctionne concrètement. La dernière phase consiste à lancer le projet sur le marché et à multiplier son impact.

Comment vous positionnez-vous par rapport à vos concurrents?

Ce qui est spécifique chez nous, c'est d'abord l'historique du MCISE, qui est la première organisation au Maroc qui traite uniquement de l'innovation et l'entrepreneuriat social. Nous avons une bonne connaissance du terrain et nous profitons d'un réseau international à travers des partenariats avec plusieurs organisations de par le monde.
Nous faisons aussi bénéficier nos partenaires de programmes sur mesure. Ce n'est pas un programme diplômant, il n'y a donc pas de cursus défini. Nous développons les programmes selon les besoins des développeurs des projets, et nous les finançons plus tôt que les investisseurs classiques.

Est-ce gratuit?

Pas vraiment. Les projets qui passent par notre programme bénéficient du financement, de la formation et de l'accès à notre réseau de partenaires et prestataires. En échange, nous prenons une participation dans l'entreprise. Dans ce sens, il y a deux possibilités: soit l'incubateur devient actionnaire de l'entreprise soit il récolte un pourcentage de leur chiffre d'affaires dès que la start-up est rentable.

Close
Les start-ups incubées par Dare Inc.
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.

Sur le web

15 European startups making waves in the music industry - Tech.eu