Ahmed Ouyahia à propos des violences à Ghardaïa: "la main de l'étranger existe!"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ghardaiaCopieusement accusé par l’opposition d’avoir laissé pourrir la situation à Ghardaïa et de ne pas avoir été à la hauteur des responsabilités en raison de l’état de « vacance » à la présidence, le pouvoir algérien a réagi samedi, par la voix d’Ahmed Ouyahia, qui a mis en cause la "main de l’étranger" et des "complicités internes".

LIRE AUSSI:

Les partis politiques soulignent "la gravité de la situation" et appellent à la "mobilisation" de tous

Ahmed Ouyahia, secrétaire général par intérim de Rassemblement national démocratique (RND) et directeur de cabinet à la présidence de la république qui s’exprimait devant des cadres du parti à la Safex à Alger a défendu les forces de police et de la gendarmerie contre les accusations de passivité qui leurs ont été faites par les habitants de Ghardaïa mais également par des partis politiques.

Tout en admettant que les "causes réelles" des violences meurtrières de Ghardaïa "ne sont pas encore connues", Ahmed Ouyahia affirme que leurs "motivations sous-jacentes se dévoilent de jour en jour".

"Certains à Ghardaïa ont adressé des correspondances au groupe de l'ONU pour la protection des minorités appelant à une intervention étrangère pour garantir le droit à l'autodétermination dans la région de Ghardaïa", a déclaré M. Ouyahia chargeant, sans le citer nommément, l’activiste Kamal-Eddine Fekhar qui fait partie des personnes arrêtées après les violences à Berrianne, Guerrara et Ghardaïa.

"Ce groupe parle depuis dix ans d'oppression de la minorité ibadite en Algérie et réclame une intervention étrangère pour réclamer le droit de l'autodétermination à Ghardaïa. Cela n'est pas l'appel des enfants de cheikh bayoudh ou de Moufdi Zakaria " a ajouté Ahmed Ouyahia en affirmant que des jeunes ont été payés en janvier dernier "50.000 dinars par jour pour faire de l'agitation et semer l’anarchie".

Li Ghlat y Khelasse!

Au passage, Ahmed Ouyahia a qualifié le groupe de protection des minorités mis en place au niveau de l’ONU d’instrument des occidentaux dans le cadre du "droit d’ingérence" pour faire exploser les peuples.

"Nous ne cherchons pas à cacher nos manques en évoquant la main de l’étranger. Mais cette main existe bel et bien" a affirmé, Ahmed Ouyahia affirme que celle-ci existe bel et bien

.

Ahmed Ouyahia a critiqué fermement ceux qui réclament la libération des auteurs des actes de violence et de vandalisme dans la wilaya de Ghardaïa. "Nous sommes dans une République régie par des lois. Celui qui commet un forfait est passible de sanctions" (Li Ghlat y Khelasse) a-t-il déclaré.

Il a répondu aux accusations de passivité adressées à la police et la gendarmerie, Ahmed Ouyahia. "C'est faux" a-t-il dit, sinon "pourquoi il y a des dizaines de blessés dans leur rang".Les policiers et les gendarmes ont fait leur travail a-t-il affirmé, et si les choses les ont dépassé c'est parce qu'ils ont reçu l'ordre de ne pas utiliser des balles réelles.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGS:

À Ghardaïa, des Algériens sont morts, l'Algérie est blessée

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.