En Egypte, au moins 18 journalistes emprisonnés, un nombre record depuis 1990

Publication: Mis à jour:
EGYPTE
AFP
Imprimer

Au moins 18 journalistes, essentiellement accusés d'appartenir à la confrérie islamiste du président Mohamed Morsi destitué en 2013 par l'armée, sont emprisonnés en Egypte, un nombre record, a estimé jeudi le Committee to Protect Journalists (CPJ).

"Sur 18 journalistes derrière les barreaux au 1er juin (2015), plus d'un tiers ont été condamnés à la prison à vie", souligne dans un rapport l'organisation internationale de défense de la presse basée à New York.

Depuis qu'il a destitué le premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, élu président en 2014, dirige un régime qualifié par les organisations de défense des droits de l'Homme de plus répressif que celui de Hosni Moubarak, chassé du pouvoir en 2011 par une révolte populaire dans la lignée des printemps arabes.

Plus de 1.400 manifestants pro-Morsi ont été tués dans les rues en quelques semaines après la destitution de M. Morsi en juillet 2013, et plus de 40.000 personnes, essentiellement des membres ou sympathisants de la confrérie des Frères musulmans, sont emprisonnés, selon Human Rights Watch (HRW).

Plusieurs centaines ont été condamnées à mort -dont M. Morsi et des responsables des Frères musulmans- dans des procès de masse expédiés souvent en quelques minutes et qualifiés par l'ONU de "sans précédent dans l'Histoire récente".

Après avoir réprimé de manière implacable les Frères musulmans, qui avaient remporté toutes les élections entre la chute de Hosni Moubarak et la destitution de M. Morsi, le pouvoir de M. Sissi s'en est pris à l'opposition laïque et libérale, notamment à la jeunesse révolutionnaire de 2011.

"Le nombre de journalistes égyptiens en prison est le plus élevé jamais enregistré depuis que le CPJ a commencé à les recenser en 1990", assure l'organisation internationale dans son rapport, publié sur son site internet.

"Ils ont été arrêtés pour des accusations allant d'incitation à la violence et participation à des manifestations illégales ou appartenance à des groupes interdits", assure le CPJ, ajoutant: "la plupart travaillaient pour des médias en ligne".

La majorité des organes de presse jugés pro-Frères musulmans ou même proche de l'opposition laïque ont été inquiétés sinon fermés depuis la destitution de M. Morsi le 3 juillet 2013.

Depuis, la quasi-totalité des médias égyptiens, publics comme privés, se sont fait les plus fervents supporteurs d'un Sissi très populaire et louent volontiers sa "reprise en main" du pays après quatre années de "chaos" ainsi que sa "guerre contre le terrorisme", attribué aux Frères musulmans.

LIRE AUSSI: Un journaliste d'Al-Jazeera arrêté à Berlin sur demande de l'Egypte

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Journalistes détenus en Egypte
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction