Tunisie: Les villes du bassin minier en grève générale pour réclamer des emplois

Publication: Mis à jour:
GAFSA
Facebook/Redeyef Online
Imprimer

Les villes du bassin minier tunisien ont observé une grève générale mercredi pour réclamer des emplois et le développement de cette région du centre du pays, productrice de phosphate mais parmi les plus pauvres de Tunisie.

A Mdhilla, Redeyef, Om Larayes, Métlaoui ainsi qu'à Sened, dans le gouvernorat de Gafsa, commerces, écoles et institutions publiques étaient fermés à l'appel de syndicats régionaux et d'associations de la société civile, selon un correspondant de l'AFP.

"L'emploi est une priorité", "O gouvernement, c'est la honte, les prix ont flambé" ou encore Nous voulons "20% des revenus du phosphate", ont scandé des manifestants.

"L'Etat doit trouver aujourd'hui des solutions d'urgence. Il y a des familles qui vivent dans une grande pauvreté, il faut les aider", a dit à l'AFP Naoufel Maayoufa, un responsable local du syndicat UGTT à Mdhilla.

Le bassin minier a été le théâtre d'une insurrection réprimée en 2008 dans le sang par le régime de Zine El Abidine Ben Ali, renversé lors de la révolution de janvier 2011.

La région est stratégique en raison de ses mines de phosphate mais reste parmi les plus pauvres de Tunisie. Depuis 2011, la production minière y a chuté en raison des nombreux mouvements sociaux et malgré l'embauche de milliers de personnes pour tenter de juguler la grogne.

La production de phosphate est d'ailleurs à l'arrêt depuis près d'un mois en raison de conflits sociaux.

Le gouvernement a récemment demandé la reprise "immédiate de la production de phosphate" dans les unités de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), affirmant qu'il allait "procéder à un audit sur les méthodes de gestion appliquées" dans la compagnie ainsi qu'"évaluer le rendement des responsables régionaux".

La Tunisie a connu en janvier 2011 une révolution largement motivée par la misère et le chômage. Les gouvernements qui se sont succédé depuis se sont tous engagés à réduire les inégalités régionales et le chômage, mais l'économie tunisienne reste en difficulté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Redeyef , une histoire à raconter
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction