Les dj marocains : Des boites aux soirées underground

Publication: Mis à jour:
DJ
Les rois de la scène électronique marocaine |
Imprimer

MUSIQUE - Dix hommes, dix styles et une passion qui les unit : la musique électronique. Ils font vibrer les foules au Maroc ou ailleurs, le HuffPost Maroc fait les présentations. Montez le son !

Amine K: Ambassadeur électro


Amine Akesbi (aka Amine K) baigne dans la musique électronique depuis ses 14 ans. Lors de ses sets au Maroc ou ailleurs, il embarque la foule dans son univers poétique où les histoires qu’il raconte à travers des sonorités progressives et deep font vibrer le corps de la tête aux pieds. C’est en France qu’il commence à se faire un nom en participant à de nombreux festivals et grands événements comme la Techno Parade de Paris en 2012 où il a pu mixer face à plus de 300.000 fans.

Aux côtés de grands dj comme Gui Boratto, Lee Burridge, Nick Warren ou M.A.N.D.Y, Amine K a mixé un peu partout dans le monde, que ce soit au Canada, au Japon, en France ou aux Philippines. En 2009, il lance le concept Moroko Loko afin de promouvoir la musique électronique underground au Maroc. Le moment présent est ce qui importe le plus à cet artiste qui ne se soucie ni du passé, ni du futur. Inspiré par ses racines marocaines, comme dans sa chanson "Dar Gnaoua", Amine prône également l’ouverture et s’inspire de Danny Tenaglia, Deep Dish ou Loco Dice.

L’année 2015 est un tournant pour le dj qui aura bientôt son propre studio d’enregistrement à Marrakech. En lançant ce projet dénommé Moroccan electronic music movement (MEMM), il espère exporter sa musique et faire rayonner le Maroc à travers l'électro. Pour les fans de vinyles, ses productions sont signées avec les labels Systematic Recording et Beat It Music.

Close
Amine K en vidéos et en photos
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Polyswitch : Transistor One

Inspiré par les premiers morceaux house et techno américaine, Mouhsine, nommé Polyswitch, décide d’allier l’utile à l’agréable alors qu’il est étudiant en audiovisuel. Son projet de fin d’études sera un mix entre le djiing, le mapping 3D et le live painting. C’est en jouant à la Playstation qu’il s’intéresse à la structure des musiques de jeux comme Ridge Racer et Wipe Out, et en répertorie les rythmes et les mélodies.

Il a sillonné le Maroc de Tanger à Essaouira en passant par Casablanca, Rabat, Marrakech et El Jadida, en ne mixant jamais bien longtemps au même endroit. Sans cesse en quête d’inspiration, Mouhsine n’élit résidence dans aucune boite. A l’origine de Lost Frequency, il veut partager son amour de la musique et sa vision avec d’autres. Polyswitch, ne fait actuellement partie d’aucun label, mais ses morceaux sont produits par le Label anglais Question Of Time.

Close
Polyswitch
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Mirko Anderson: Radio dj sans frontières

Animateur télé sur 2M, Al Oula et Chada FM, parfois acteur dans la série "Une heure en enfer", Mirko Anderson de son prénom Youssef, a décidément plusieurs cordes à son arc. Il est aussi producteur et compositeur de musique électro inspirée du patrimoine marocain. Celui qui s’est retrouvé pour la première fois derrière les platines à une boom en 1994 a, depuis, enrichi son univers musical: il mixe le funk, le nu disco, deep House, mais aussi des registres beaucoup plus pointus comme la techno, la tech ou la minimal..



Il considère que la musique n’a pas de frontières et intègre à ses mixs des rythmes du monde et des sons de djs comme Cerrone, Sasha, Loco Dice, Carl Cox. Dans l’échange et à l’écoute de son public, Mirko reste marqué par une soirée au Dhow où le public Rbati est entré en transe au rythme de son set.

Close
Mirko Anderson
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Hardrock Striker: De rockeur à dj


Joseph Bendavid connu sous le nom d’Hardrock Striker, est le fondateur du label house Skylax.
Après avoir travaillé dans la finance, c’est porté par la new wave, le post punk ou encore l’italo disco, qu’il décide de tout plaquer en 2000 pour s’installer aux Etats-Unis et monter son groupe de rock. Alors qu’il vit à Los Angeles, une rencontre avec Peter Black l’oriente vers la house.

Après 4 ans passés dans la cité des anges, Joseph revient à Paris avec "le projet Skylax dans ses valises". Auteur des morceaux "Nirvana" ou "Motorik Life", le dj parisien d’origine marocaine a mixé entre autres au Rex Club à Paris, au Panorama Bar en Allemagne, mais aussi récemment à Marrakech et à Casablanca sur invitation du label Away.

Marshall Jefferson, Mr Fingers, Daniele Baldelli, Beppe Loda ou encore Dj Sprinkles ont apporté leur collaboration au label de Joseph Bendavid qui a fêté récemment son dixième anniversaire. Pour célébrer cette décennie de musique, le label lancera une compilation distribuée à travers le monde par la maison de disques Kompakt, qui reprendra tous les artistes maison de ces dix dernières années. Joseph, la quarantaine, s’inspire de Depeche Mode, New Order, Cabaret Voltaire, Black Sabbath ou la musique Concrete.

Close
Hardrock Striker et le label Skylax
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Bassam Ilabdi, DJ RHEOSTAT : Franco-marocaine touch

Bassam Ilabdi aka Rheostat, est passé du dancefloor aux platines en 2012. Après avoir grandi à Casablanca, en écoutant du reggae, du jazz et du hip-hop, il s’initie au mix à l’âge de 15 ans avec des amis durant ses années lycée. Lors de ses études en France, il écume les soirées parisiennes au Twsted, au Maggie, au Ghost Boat, au Rex et à la Villette Enchantée, spots musicaux où il se passionne pour l’électro. Il s’essaye au mix, reçoit un bon accueil, et commence à produire ses propres sons. Repéré par Horatio, Bassam est invité à signer un album avec le label Quanticman Records qui produit notamment Circus, Desolat et Natural Rythm.



Inspiré par le label Perlon, les mix que joue Rheostat ont "une identité musicale minimaliste, assez répétitive mais subtilement progressive et surtout très rythmique". Coté Djs, il a un coup de coeur pour des artistes comme Ricardo Villalobos, ARPIAR, Zip, Cabanne, Onur ozer.

Membre de l’agence de booking Away basée à Casablanca et à Paris, Rheostat a déjà mixé entre Rabat et Casablanca dans le cadre de la Lost Frequency, de la Moroko Loko et au Dhow à Rabat.
En France, il est actuellement dj résident au 45 Tours a Paris, et a déjà mixé au Badaboum, Panic Room, Rouge Pigalle et Pigallion, ainsi qu’à Nantes, Bordeaux et Lyon.

Un de ses moments les plus marquants ? Lorsqu’il a pu mixer aux côtés des dj stars Bakermat, The Hacker, Joris Delacroix ou encore Stereoclip : "J'ai eu la chance de jouer juste avant The Hacker et ce devant pas moins de 3.000 personnes…Je peux vous dire que ce n’est pas commun, j'en avais des frissons".

Close
Bassam Ilabdi, DJ Rheostat: Franco-marocaine touch
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Kali G: Folklore marocain et électro


Khalil Belamellem connu sous le nom de Kali G est né à Rabat. Sa carrière commence il y a plus de dix ans en tant que dj résident au Cathedral Club de Séville en Espagne où il a pu mixer aux côtés de Michel Cleis, Chus, Behrouz, Satoshie Tomie et David Penn pour ne citer qu’eux.

Influencé par ses mentors, Khalil a créé son propre style, une sorte de vague spirituelle qui allie des sons groovy à des bonnes basses, agrémentant le tout de samples issus du folklore marocain et de sons ethniques.

Après plusieurs années passées à Seville, Kali G s’installe à Barcelone où il concrétise son rêve d’étudier dans une des plus prestigieuses écoles d’ingénierie du son : le SAE Institute. Diplôme en poche, il part mixer à Ibiza durant 3 ans.

Depuis le début de sa carrière, Kali G a eu l’opportunité de tâter les platines lors de nombreux événements à travers le globe: Nordstern Basel en Suisse, l’Otto Lounge à Hong Kong, l’Aplaya Beach bar à Boracay aux Philippines, la Secret Villa 24H à Bielfeld en Allemagne, Mais que nada à Rio de Janeiro au Brésil, La Brasserie en Grèce, The One à Ibiza et le Meridien d’Abu Dhabi

Au Maroc, il a animé des soirées aussi bien branchées qu’underground: Transahara, Mariinski, Pacha
, Remp Arts Festival à Azzemour, et tenu les platines au Sky bar, à Y serious à Skhirat, à La Suite, aux Trois Mats ou encore au Privé à Rabat.

Depuis son premier album avec le label Desertica Records en 2013, Kali G a développé son talent pour la musique électronique en apportant toujours sa touche inspirée de ses voyages, de son parcours et de ses racines.

Close
Kali G: Folklore marocain et électro
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Dj Nessy : Moroccan touch


Passionné au départ par le R’n’B, la musique funky et l’eurodance, Dj Nessy varie aujourd’hui son style en se focalisant la tribal house et la tech house. Africain et attaché à ses racines marocaines, les sets d’Anas Louahabi aka Dj Nessy comportent toujours leur lot de percussions et de rythmes continentaux.

On le retrouve une fois par mois à l’Amnesia de Rabat, au V Club et au Skybar à Casablanca, Anas, a eu l’occasion de mixer aux côtés d’Axwell, Steve Angello, Dennis Ferrer, Mark Knight, Kurd Maverick, aussi bien à l’étranger qu’au Maroc.

Directeur artistique de certains clubs au Maroc, il vibre au rythme du dancefloor, suit les préférences de la foule, et s’adapte en y ajoutant toujours sa touche personnelle. Il parle avec enthousiasme d’une soirée au Pier 6 à Bordeaux en France: "Une soirée sold out où j'ai mixé pendant 4 heures pour une clientèle à 80% marocaine et qui s’était déplacée spécialement pour moi. J’en avais la chair de poule!"
Le 4 Avril prochain il sera à Anvers pour faire bouger les Belges.

Close
Dj Nessy
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Loko Driss : Complétement fou !


Driss Filali, aussi appelé Loko Driss, s’est tourné vers la musique électronique en 2005 à Toulouse. Après avoir grandi à Casablanca, il part pour la ville rose poursuivre ses études. C’est en sortant souvent à l’Inox Electronic club de Toulouse qu’il découvre de nombreux artistes internationaux qui l’ont " pour certains, construit, instruit et bercé dans ce milieu underground entre house, deep et techno", nous confie-t-il.

Driss passera de longs week-ends à créer des playlists et à découvrir un maximum de sons. Une rencontre lui donnera l’envie de devenir Dj et plus tard d’organiser des événements dans la boite où tout a commencé, à l’Inox. C’est à partir de 2007 que Driss monte sur la scène de ce temple de l’électro. Puis tout s’enchaine, et il mixe au Queen à Paris, au Jag Club à Ibiza, au Rachdingue en Espagne, à la Villa Rouge à Montpellier, et à Bordeaux au BT59 et Respublica.

L’univers musical de Driss a beaucoup évolué depuis ses débuts. Son style est passé de la house barcelonaise, à la Chicago House, en passant par deep tech venue d’Ibiza, sans oublier la techno minimaliste et ou techno mélodique. Dans le milieu musical depuis au moins dix ans, Loko Driss s'est inspiré des dj qui ont fait bouger les Marocains au Festival Transahara ou a Rythm of Peace entre 2004 et 2005.



Cet accro aux festivals participe à des événements comme le Mad Fest, Endless project, Deep on, Tech in trance, Bcn show, Bim Bam Boom, Matinée Group ou encore en after dominicale : Les Sunday Morning.

Il a ainsi pu partager la cabine Dj avec tout pleins d'artistes internationaux tel que : Joseph Capriati, Len Faki, Pan Pot, Nicole Moudaber, Ben Sims, Robert Hood, Rodhad, Gary Beck Popof, Oscar Aguilera, Paul Ritch, Christian Smith, Technasia, Worakls, Nto ou encore Umek.

Après une dizaine d’années passées en France, il est de retour au Maroc avec son projet "Back Home" afin de développer des soirées à concepts, sa carrière de DJ, et en prime la sortie de son premier Ep / album. Le tout, sous l'inspiration de son pays, le Maroc, sa nouvelle source !

Close
Loko Driss derrière les platines et en musique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Locc: Le jour et la nuit


Locc a un parcours scolaire sans fausse note: maths sup maths spé, école d’ingénieur bouclée par un master en finance et stratégie. Il apprend à mixer durant ses études en France, lorsqu’il intègre l’association Sono Supelec qui gère tout le système son et lumière pour les soirées d’écoles.

Les genres musicaux qu’il apprécie ont évolué avec le temps. Du rock métal au lycée, il est passé à la house, la deep, la tech house ou encore la techno. Khalil (Locc) qui écoute encore aujourd’hui avec nostalgie les sons des années 1980 et 1990 aime allier dans ses mix "la house bien punchy des années 1990, la tech house qui maintient une certaine tension et la techno très mélodique". Il s'inspire des labels Skylax, et Feel my Biceps pour la house, Appolonia pour tech house et Life and Death pour la techno mélodique.

Parallèlement à ses études, Locc a monté avec des amis le projet Zdie7musik. Le concept: proposer des sets de 30 minutes "sur des musiques ou un style qui nous inspirent".

Hamza Bennis: NGURU l’éclectique

Dans le milieu depuis plus de 20 ans, Hamza Bennis aka Nguru est un caméléon qui s’adapte à son public. Il passe facilement du reggae au rock, du disco à la funk sans oublier l’électro vintage. Côté house, il mixe aussi bien les sons de Detroit, de Chicago ou du vieux continent. Sept ans passés à Montréal au Canada ont affiné son expérience, et de retour au Maroc il a organisé des soirées dans des boites comme le Joya, le Candy Bar, le Carré Rouge (V actuellement), le Platinium, la 5ème Avenue, le VGK, le Nirvana, le 555…

Il est actuellement dj résident à La Maison B à Casablanca, à l’Amnesia et au Dhow à Rabat. Parce que la musique est un échange et un partage, il collabore avec MAR1 membre du label Moroko Loko, et organise des événements comme la Y Serious avec Yassine F.Benaissa.

Close
Les inspirations musicales de Nguru
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

LIRE AUSSI: Qui sont les djettes marocaines?

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.