Huffpost Algeria mg

Affaire Corrie: la famille dénonce une décision "consacrant l'immunité de l'armée" israélienne

Publication: Mis à jour:
RACHEL CORRIE
AFP
Imprimer

La famille de Rachel Corrie, la pacifiste américaine écrasée par un bulldozer de l'armée israélienne dans la bande de Gaza en 2003, a condamné vendredi la décision de la Cour suprême israélienne jugeant que l'armée n'était pas responsable de sa mort.

"Il est clair que cette décision (...) équivaut à une consécration judiciaire de l'immunité (dont bénéficie) l'armée israélienne quand elle commet des injustices et des violations des droits de l'Homme", a dénoncé la famille de Rachel Corrie dans un communiqué.

La Cour suprême a rejeté un appel qu'avait déposé la famille après le rejet en 2012 par un tribunal de Haïfa d'une plainte pour "homicide par négligence" au civil contre l'Etat d'Israël.

En 2012, la justice israélienne avait conclu que la mort de Rachel Corrie résultait d'un accident et non de la responsabilité du conducteur du bulldozer.

"L'Etat n'est pas responsable des dommages causés par l'armée israélienne en temps de guerre", a indiqué jeudi la Cour suprême.

Rachel Corrie, 23 ans, a été écrasée le 16 mars 2003 sous les chenilles d'un bulldozer de l'armée israélienne alors qu'elle s'opposait avec d'autres membres du Mouvement international de solidarité (ISM) et des Palestiniens à la destruction d'une maison palestinienne à Rafah dans le sud de la bande de Gaza.

Pour sa famille, "le cas de Rachel est un nouvel exemple de l'échec de la justice à désigner des responsables".
Dans un communiqué, les parents et la soeur de Rachel Corrie "exhortent la communauté internationale, et en particulier le gouvernement américain, à soutenir les victimes de violations des droits de l'Homme, à s'opposer à l'impunité, et à faire respecter les principes fondamentaux de la justice internationale".

Une enquête interne menée par l'armée israélienne en 2003 avait conclu quatre semaines après les faits que les troupes israéliennes n'étaient pas responsables de la mort de Corrie, expliquant que l'équipe du bulldozer qui l'a écrasé ne l'avait pas vu.

Rachel Corrie, tuée au plus fort de la seconde Intifada (2000-2005), était rapidement devenue un symbole du soutien étranger à la cause palestinienne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.