L'Algérie abrite près de 1.500 zones humides dont 50 sites classés

Publication: Mis à jour:
SPLASH ZONE HUMIDE
M'Hamed Kerrouche
Imprimer

Le plus grand pays d’Afrique accueille 1.451 zones humides sur son territoire, réparties du nord au sud sur trois millions d’hectares, soit plus d’1% de la surface du pays. Cette richesse naturelle n’a pas toujours été bien protégée par le pays mais aujourd’hui l’Algérie cherche à préserver durablement ce trésor écologique à travers la mise en place d’une stratégie nationale, a annoncé, mardi 2 février, le Directeur de la protection de la faune et de la flore, Abdelkader Benkhira, à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides.

"Depuis le 11 janvier, l’Algérie a lancé une stratégie nationale pour la préservation des zones humides, avec plus de 17 secteurs impliqués, afin de se doter d’une réelle politique de gestion durable des zones humides", a souligné Abdelkader Benkhira sur les ondes de la radio algérienne.

Le gouvernement a adopté une nouvelle politique visant à insuffler une dynamique à ces zones humides, conformément à la convention Ramsar qu’elle a signée en 1982, avait pour sa part déclaré la ministre de l’Environnement, Dalila Boudjemâa, en marge des festivités de la célébration de la journée mondiale des zones humides.

"La Convention de Ramsar, officiellement Convention relative aux zones humides d'importance internationale, aussi couramment appelée convention sur les zones humides, est un traité international adopté le 2 février 1971 pour la conservation et l'utilisation durable des zones humides, vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd'hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative", précise l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

50 sites classés et 10 en cours de classement

"Nous sommes actuellement à 3 millions d’hectares de zones humides identifiées et classées d’importance internationale", a indiqué Abdelkader Benkhira précisant que sur les 1.451 zones répertoriées à travers le pays, 50 sites ont déjà été classés et dix autres sont en cours de valorisation, dont six ont été classés Ramsar sur la base de leur situation géographique.

Les sites classés concernent les oasis de Tamentit à Béchar, le lac Tolga à El Tarf, le barrage de Boukara à Tissemsilt, le lac de Réghaia à Alger, Dhaya Elmersi à Oran, le lac Sidi M’hamed Ben Ali à Sidi Bel Abbès et le Chatt El Hodhna à M’sila.

LIRE AUSSI: M'hamed Kerrouche, le photographe des zones humides algériennes

Depuis 1900, près de 60% des zones humides ont disparu à travers le monde, limitant ainsi l'accès à l'eau douce pour l'équivalent de deux milliards d'êtres humains.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Egalement sur le HuffPost Algérie:

Close
Zones humides en Algérie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction