Grève des transports publics à Tunis et à Sfax: Aucun accord conclu

Publication: Mis à jour:
TRAM TUNIS
Wikisource
Imprimer

POLITIQUE - La grève générale des bus et tramways qui a paralysé la capitale lundi 12 janvier 2015, se poursuit pour la deuxième journée consécutive à Tunis. À Sfax, le gel des transports publics a débuté ce mardi.

Lundi après-midi, une grève sans préavis de la société de transport (TRANSTU) a été observée, paralysant des usagers qui n'avaient pas été prévenus à l'avance.

La cause de ces grèves: le gouvernement n'a pas mis en exécution l'accord conclu avec la partie syndicale, les 7 et 8 décembre dernier, concernant la prime de rendement au titre de l'année 2014.

La somme totale réclamée à l'Etat s'élèverait à 4,5 millions de dinars, selon Moncef Ben Romdhane, secrétaire général de la Fédération générale du transport.

"Nous étions hier avec le ministre des Affaires sociales jusqu'à 2h du matin mais aucun accord n'a été trouvé", a affirmé sur Mosaïque FM Moncef Ben Romdhane, secrétaire général de la Fédération générale du transport.

Une autre réunion s'est tenue mardi matin entre le ministère des transports et des représentants de l'UGTT, sans parvenir à un accord.

Des citoyens de la Cité Al Intilaka ont protesté contre cette grève, en brulant des roues et en barrant la route reliant Tunis à Bizerte, selon l'agence TAP.

Une autre grève à Sfax

Mardi matin à Sfax, une autre grève sans préavis a été observée par les agents de la société de transport de Sfax SORETRAS, avec les mêmes revendications que celles des agents de Tunis: le paiement de la prime de rendement au titre de l'année 2014.

Le transport public est paralysé dans la ville. Des élèves, des étudiants et des employés sont restés sans moyens de transport et le trafic routier a été perturbé, d'après l'agence TAP.

Plusieurs parents d'élèves et étudiants ont exprimé leur colère et leur refus de cette grève "inattendue", qui coïncidait avec la période des examens dans certaines facultés. Ils ont également déploré la charge supplémentaire que nécessite le transport privé notamment pour les familles à revenu limité.

Selon Mohsen Youssefi, secrétaire général du syndicat de base des agents et cadres de la SORETRAS, la décision de faire la grève a été prise lundi et la direction de la société et le gouvernement ont été alertés.

Pour faire face à cette grève, un système de covoiturage a été mise en place.

Cet élan de solidarité permettra aux personnes qui le souhaitent d'aider leurs concitoyens à rentrer chez eux, durant la grève.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.