Lire dans le tram: Seconde édition pour l'Opération BiblioTram de Casablanca

Publication: Mis à jour:
BIBLIOTRAM
facebook.com/bibliotramjlmfsjessettat
Imprimer

INITIATIVE - Depuis le 8 décembre dernier, et jusqu’au 14 décembre, les tramways de la ville de Casablanca deviennent de véritable bibliothèques itinérantes, proposant en libre service des livres, magazines ou journaux que tous les usagers peuvent emprunter le temps d’un trajet.

Le HuffPost Maroc a posé 3 questions à Nait Ghazi Abdel Fattah, Chef de Projet de L’Opération Bibliotram (Qra Tewsel) et Vice-président de l'Association Jeunes Leaders Marocains de l’Fsjes de Settat à l’origine de ce projet. Entretien.

HuffPost Maroc : Comment vous est venue l’idée de monter l’opération BiblioTram ?

Nait Ghazi Abdel Fattah : "Notre association est partie d’un constat : Il y a une véritable rupture entre les Marocains et le livre. Avec BiblioTram, nous avons eu envie de susciter le désir de lire chez nos compatriotes. L’espace public, particulièrement le tramway, qui est un lieu de grande mixité nous a semblé être le terrain idéal pour promouvoir la lecture."

Quelles ont été les étapes d’élaboration du projet ?

"Dans un premier temps, nous avons présenté le projet à l’entreprise Casatransport, en charge de la gestion du transport en commun à Casablanca, qui a répondu favorablement à notre proposition et qui à décidé de financer le projet.

Nous avons ensuite organisé un projet pilote en décembre 2013 pour capter les réactions des usagers et évaluer les impacts de l’opération.

À la suite de cette première édition nous avons décidé d’investir plus de moyens financiers et culturels. Pour cela, l’association à créée des partenariats avec l’Institut français, l’Institut royal de la culture amazigh ou encore avec le Ministère des affaires islamiques qui nous fournissent des livres. Et grâce à nos partenariats presse nous sommes alimentés en journaux et magazines quotidiennement.

Cette année, nous avons posé deux bibliothèques dans les dix stations de tramways les plus fréquentés du réseau. Il y a environ 4.000 livres en circulation, en français, anglais, espagnol ou encore en amazigh."

Avez-vous prévu que l’Opération puisse s’étendre à d’autres villes du Royaume ?

"Bien entendu, nous souhaitons vivement que l’initiative puisse être reproduite sur les lignes du tramway de Rabat ou plus largement, sur le réseau ferroviaire de l'ONCF. Mais il faudrait que d’autres établissements publics nous aident financièrement."

Close
Bibliotram
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.