Huffpost Algeria mg

D'Alger à Sousse, du tout-gratuit au ralenti au tout-payant à vive allure

Publication: Mis à jour:
SUR LA ROUTE ALGER SOUSSE
Nejma Rondeleux pour le HuffPost Algérie

Cet été j'ai pris mes vacances en Tunisie. Comme la plupart de mes compatriotes, je suis partie début août, à la fin du Ramadhan. Et comme beaucoup d'entres eux, j'ai choisi la route. Cette autoroute est-ouest nous a coûté assez cher pour ne pas en profiter. Et puis, pour une fois, que l'on peut franchir une frontière terrestre sans visa...

LIRE AUSSI: Les trois destinations préférées des Algériens pour les vacances

Modernité

D'ailleurs, si l'autoroute ne s'arrêtait pas brusquement au niveau de Constantine, à cause d'un tunnel mal terminé, on oublierait presque que nous sommes dans un "pays en voie de développement". Avec leurs signalisations lumineuses et leurs stations-services toutes options, les nouvelles aires ont des allures d'européennes. Pour peu que l'on active la 3G sur notre smartphone doté d'une application GPS, notre voyage se transforme en "road-trip" à l'américaine.

vaches route algersousse

Mazout

Avec un litre d'essence moins cher qu'une bouteille d'eau minérale et une autoroute gratuite, le trajet jusqu'à la frontière tunisienne ne coûte rien. Ça se corse de l'autre-côté. Le prix du sans-plomb grimpe soudain à 1,67 dinars tunisiens, environ 123 dinars algérien, soit 5 fois plus qu'en Algérie. De Tunis à Sousse, les péages s'enchaînent, faisant s'envoler la facture.

LIRE AUSSI: Des responsables tunisiens à Alger démentent: la taxe de sortie du territoire n'est pas appliquée

Pour parer à ces désagréments, les Algériens, prudents, anticipent. Ils font le plein à El Kala, dernière ville algérienne avant la Tunisie, en grignotant une brique à l'œuf, le "mazout" tunisien bon marché, au milieu de la chaîne, toujours longue, à cette station-essence. Les chanceux qui ont réussi à se faire remplir un bidon de carburant en Algérie, font la route avec, et le versent dans leur réservoir à quelques kilomètres de la frontière. Les plus malins franchissent la douane avec leurs jerricans dans la malle.

algersousse essence

Moyen-Âge

Le passage de la frontière est une étape redoutée des candidats à la Tunisie. Personne ne peut prédire comment il va se passer. Il suffit d'un "petit rien" pour que l'attente devienne interminable. Un mauvais papier, un afflux massif ou encore une décision soudaine de repeindre les marquages au sol, en pleine journée ! Telle était la raison de l'heure d'attente au poste-frontalier de Laâyoune, en cette chaude journée du 6 août. Un véritable cauchemar pour les automobilistes assommés par le manque de sommeil.

peinture frontière laâyoune

Marhaba

Heureusement, les Tunisiens n'ont entrepris aucun relooking de voiries. Les vacanciers obtiennent rapidement leur cachet d'entrée. En attendant la fin des formalités, ils ont la possibilité de préparer leur séjour auprès de l'Office du tourisme tunisien (ONTT) dont le kiosque délivre cartes routières et conseils pratiques. Marhaba fi Tounes !

autouroute tunisie

Monnaie

C’est qu’en Tunisie "tourisme is money". Dès les premiers kilomètres apparaissent d’immenses panneaux publicitaires vantant les charmes du pays. Et la voiture se heurte rapidement à un péage.

péage tunisie

Mais les résultats sont là: ça roule bien, à la différence de son voisin algérien. Le touriste en quête de "farniente" arrive vite aux plages de Sousse. Il lui faudra néanmoins "se battre" pour poser sa serviette tant les plages ont été privatisées. Car, en Tunisie, même le sable se monnaye.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

Egalement sur le HuffPost Maghreb:

Liste de lieux à (re)découvrir en Tunisie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction