Huffpost Algeria mg

Décès de l'économiste algérien Abdelmadjid Bouzidi

Publication: Mis à jour:
ABDELMAJID BOUZIDI
HuffPost Algérie

L’économiste algérien Abdelamadjid Bouzidi est décédé ce vendredi dans un hôpital parisien, apprend-on de bonnes sources. Bouzidi qui tenait une chronique régulière dans le journal Liberté était un des principaux animateurs du débat économique en Algérie.

Il a été conseiller du Président Liamine Zeroual. Marxisant dans les années 70, il s’est adapté sans pour autant s’aligner sur le crédo néo-libéral. S’il admet l’importance du rôle du marché il insiste sur l’importance du rôle de l’Etat comme régulateur de l’économie.

Sans être hostile au secteur privé, il n’hésitait pas à souligner "qu’il était peu dynamique et versé dans des activités à très faible valeur ajoutée sur l'économie" constate Abdelmadjid Bouzidid. Il critiquait également un secteur public, non performant, bureaucratique et gaspilleur.

"Il faut arrêter les dégâts, donc favoriser les investissement productifs… Il faut débureaucratiser et libérer les initiatives surtout dans les secteurs créateurs de valeur ajoutée" disait-il. Bouzidi a été l’un des animateurs du think-tank “défendre l’entreprise” qui a initié le “livre blanc sur les 50 ans de l'économie algérienne”.

Dans un dernier entretien publié par Liberté il assurait que l’économie algérienne suivait une "bonne trajectoire ".

"L’État reprend l’investissement productif, l’entreprise est encouragée dans le cadre d’une politique de l’offre, l’entreprise privée est beaucoup plus présente que par le passé. Ce modèle de croissance s’appuie sur une mise à plat de la politique énergétique et une réflexion sur un mix énergétique de l’après-pétrole. Voilà, très rapidement synthétisé, comment l’économie algérienne compte fabriquer de la croissance durant le quinquennat qui s’ouvre".

Des idées à "contre-courant" qu’il assumait ouvertement. " Je sais que ce que j’ai écrit se situe à contre-courant de la pensée dominante et que ce jour-là je ne me suis pas fait que des amis. Mais je persiste et signe : l’économie algérienne est sur une bonne trajectoire".

LIRE AUSSI: Pour Naji Benhassine (Nabni), l'Algérie est encore en panne de réformes

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.