Le personnel médical et paramédical de l’établissement hospitalo-universitaire de Constantine a organisé hier, un nouveau sit in pour soutenir leurs collègues suspectés dans l’affaire de l’enlèvement du nouveau né qui a défrayé la chronique la semaine dernière.

Sur les six personne écrouées dimanche dernier, seule une sage-femme restait en détention en raison d’un certificat signé de sa propre-main retrouvé chez la femme qui a enlevé le nourrisson Leith Kaoua.


Les cinq autres personnes suspectées, à savoir trois médecins, un anesthésiste et une sage femme ont été mis en liberté provisoire en attendant la suite de l’instruction de l’affaire.

Les auditions se sont déroulés jusqu’à la nuit au tribunal d’ al Ziadia à Constantine alors que près de 200 médecins observaient un sit in à l’extérieur exigeants la relaxe de leur collègues. Selon certains comptes rendus de la presse, près de 158 personnes ont été écoutées dans cette affaire. Une seule personne a été écroué au bout des auditions, apprends-on auprès du personnel de l’hôpital.

Le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, avait révélé lundi dernier en marge des assises de la santé, que six personnes exerçants au CHU de Constantine, suspendues au lendemain de l’enlèvement d’un nouveau-né ont été écrouées le 15 juin.

Le premier responsable du secteur de la santé a ajouté que les mis en cause ont agi en complicité et devaient empocher, au terme de leur forfait, la bagatelle de 6.000.000 DA qui devait être répartie entre les auteurs de cet acte, précisant qu’il s’agit de deux médecins, d’un coursier, d’un agent de sécurité et de deux sages-femmes.

"Fort heureusement, les mesures de sécurité supplémentaires ont été mises en place au niveau des établissements publics de santé en vue de renforcer la sécurité à l’intérieur des services et à l’entrée des structures et éviter que d’autres épisodes de rapt de nourrissons ne surviennent", a ajouté M. Boudiaf.

De son côté le responsable de l’hôpital constantinois avait évoqué la possibilité de mettre des bracelets électroniques aux nouveaux nés pour éviter toute tentative de rapt à l'avenir.
Kidnappé le 27 mai dernier du service de maternité de la structure hospitalière de Constantine, il a été retrouvé jeudi dernier dans la région de Tamalous, dans la wilaya de Skikda, au grand soulagement de sa famille.



Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.