Turquie: Erdogan poursuit sa croisade contre les réseaux sociaux: Après Twitter, place à Youtube

Publication: Mis à jour:
CENSURE TURQUIE YOUTUBE
Turquie: Erdogan poursuit sa croisade contre les réseaux sociaux: Après Twitter, place à Youtube | instagram/gulbilgin
Imprimer

Le gouvernement turc a ordonné jeudi le blocage de la plateforme YouTube, une semaine après avoir fait de même pour Twitter, à la suite de la diffusion de nouveaux enregistrements pirates mettant en cause le régime, ont annoncé les médias turcs.

Dans l'un de ces enregistrements qui aurait été pris lors d'un conseil de sécurité de haut niveau, les voix supposées du ministre des Affaires Etrangères Ahmet Davutoğlu, du patron des services de renseignements turques (MİT) Hakan Fidan, du sous-secrétaire des Affaires Etrangères Feridun Sinirlioğlu et du chef d'état-major adjoint, le général Yaşar Gürel, évoquent l'hypothèse d'une opération destinée à justifier une intervention militaire de la Turquie en Syrie

Un utilisateur de Twitter reproduit le message indiquant le blocage de Youtube

La décision concernant YouTube a été communiquée aux serveurs d'internet et aux opérateurs GSM turcs, précise le quotidien Hürriyet sur son site internet.

La même indignation que lors de la fermeture de Twitter se fait ressentir sur le réseau social

Erdogan dénonce un enregistrement "ignoble"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé jeudi la diffusion "ignoble" sur YouTube d'un enregistrement pirate dans lequel plusieurs responsables du pays évoquent l'hypothèse d'une intervention militaire de la Turquie en Syrie.

"Ils ont diffusé quelque chose aujourd'hui sur You Tube. C'était une réunion consacrée à la sécurité nationale (...) c'est un acte ignoble, lâche, immoral", a déclaré M. Erdogan à Diyarbakir (sud-est) lors d'une réunion de campagne avant le scrutin municipal de dimanche.

"Nous irons les chercher jusque dans leurs caves", a-t-il lancé sans les nommer aux auteurs de cette fuite.

"Qui servez-vous en espionnant ainsi ?", a poursuivi le chef du gouvernement en faisant référence à ses ex-alliés de l'organisation du prédicateur musulman Fethullah Gülen, accusés d'être à l'origine de la publication, depuis plusieurs semaines, d'enregistrements qui mettent en cause le gouvernement islamo-conservateur turc et son chef.

LIRE: Turquie: La Justice ordonne la levée du blocage de Twitter

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Crise et manifestations en Turquie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction