Huffpost Maghreb mg

Néjib Chebbi: "La question du retrait du Front de Salut tranchée définitivement"

Publication: Mis à jour:
NEJIB CHEBBI
Facebook/Nejib Chebbi

"La question du retrait du Front de Salut National est tranchée définitivement", a affirmé dimanche le président de la haute instance politique d’Al Jomhouri Ahmed Nejib Chebbi. Il a ajouté qu’ "aucune coalition électorale n’est envisageable avec Ennahdha dans la mesure où il est le rival d’Al Jomhouri à la présidentielle".

Chebbi qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Sfax a précisé que son parti soutiendra son propre candidat ou un candidat d’un des partis alliés. Contrairement à ce qui s’est passé lors des élections d’octobre 2011, Al Jomhouri a décidé de miser sur ses propres capacités, seul moyen de réaliser les attentes de sa base militante, a-t-il dit.

Il a aussi écarté une éventuelle coalition avec Al Massar qui, a -t-il expliqué, soutient la même position que Nidaa Tounes et le Front de Salut. Le FSN a annoncé jeudi 20 février que le parti Al Jomhouri n'est plus représenté dans dans son instance politique suite à son retrait de l'Union pour la Tunisie (UPT) au mois de décembre 2013. Dans un entretien accordé au HuffPost Maghreb, Ahmed Néjib Chebbi a déclaré que les partis composant cette coalition "ont plié sous la pression de Nida Tounes".

LIRE: Entretien avec Ahmed Néjib Chebbi, leader d'Al Joumhouri: "Les partis du FSN ont plié sous la pression de Nida Tounes"

Chebbi a présidé ensuite un meeting en présence de la SG du parti, Maya Jribi au cours duquel il a qualifié de moderne et progressiste, la nouvelle loi fondamentale. Selon le leader d'Al Jomhouri, la Constitution accorde une importance particulière aux régions, consolide les libertés et réserve à la religion la place qu’elle mérite, dans le cadre d’une thèse qui croit en la cohabitation entre Islam et démocratie.

Il a mis en évidence le rôle d’Al Jomhouri dans la concrétisation de la passation pacifique du pouvoir depuis la chute de la dictature et ses efforts visant à faire avancer le processus de dialogue entre tous les Tunisiens.

Al Jomhouri a dès le début, décidé de soutenir le gouvernement Mehdi Jomâa qui est parvenu en une courte période à changer l’image du pays à l’étranger, a-t-il noté.

Il a cité le nombre de pays et d’instances étrangères qui acceptent aujourd’hui d’accorder des prêts à la Tunisie. Chebbi a salué la décision d’opérer un remaniement dans le corps des gouverneurs, appelant à ce que les nominations englobent les délégués et les Omdas pour assurer la transparence des prochaines élections.

Iyad Dahmani élu du parti à l’Assemblée nationale constituante a affirmé qu’Al Jomhouri participera aux élections, fort de son long parcours militant et de son combat contre la dictature, l’exclusion et la corruption.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.