L'armée égyptienne a appelé lundi son chef, Abdel Fattah al-Sissi à répondre à l'"appel du peuple" en se présentant à l'élection présidentielle.

Cet appel, lancé par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) dans un communiqué lu à la télévision entre deux clips vidéo à la gloire de l'armée et de la police, a levé les dernières ambiguïtés sur les ambitions du nouvel homme fort du pays.

Un appel qui met dans l'embarras le grand ami américain

Prudents, les Etats-Unis sont restés lundi évasifs sur la perspective de le voir briguer la présidence, mais ont souhaité que les autorités égyptiennes respectent à l'avenir "l'équilibre des pouvoirs".

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a noté que la Constitution récemment adoptée à une écrasante majorité "permet quelques améliorations dans la protection des droits de l'homme". Mais "nous restons préoccupés par des articles qui permettent que des civils soient jugés par des tribunaux militaires", a-t-il ajouté.

"L'équilibre des pouvoirs entre l'armée, le gouvernement civil et le pouvoir judiciaire sera aussi important", a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien.

La construction d'une idole

Dimanche, Adly Mansour, nommé président par intérim par le maréchal Sissi le 3 juillet, le jour même de la destitution de M. Morsi, marquait une première étape en annonçant que la présidentielle se tiendrait avant les législatives et ce dans les trois mois à venir. Ce calendrier semble taillé sur mesure pour que le maréchal Sissi, de loin l'homme le plus populaire du pays, non seulement l'emporte aisément mais s'assure aussi une majorité au Parlement, selon les experts.

Lundi, le président Mansour n'avait plus qu'à promouvoir Sissi maréchal, le plus haut grade de l'armée, un titre présenté par les experts et son entourage comme un hommage appuyé et un "au revoir" de l'armée à son héros.

Quelques heures après, le haut-commandement de l'armée se réunissait, sous la présidence de M. Sissi, et publiait un communiqué estimant que "la confiance populaire donnée au maréchal Sissi est un appel auquel il faut répondre". A quoi, le maréchal répondait, selon le texte, en remerciant le commandement militaire de lui avoir donné "le droit de répondre à l'appel du devoir".

Un haut-gradé a indiqué à l'AFP que le maréchal Sissi allait sous quelques jours quitter ses fonctions au sein de l'armée, la Constitution interdisant à un militaire de postuler pour la magistrature suprême. "Ensuite, il va préparer un programme" à appliquer s'il est élu, pour "unir le peuple, restaurer la sécurité et la position internationale de l'Egypte".

Engrenage de la violence

Secouée depuis trois ans par des crises à répétition et déserté par les touristes, l'Egypte est depuis juillet prise dans l'engrenage de la violence, les attentats contre les forces de l'ordre sont désormais quasi-quotidiens et la répression des pro-Morsi a fait plus de 1.000 morts.

Samedi, lors des célébrations du troisième anniversaire de la "révolution", une cinquantaine de personnes ont été tuées lors de heurts entre manifestants et forces de l'ordre, l'ONU rappelant les forces de sécurité à "leur devoir de respecter le droit de manifester pacifiquement". En outre, des milliers d'islamistes ont été arrêtés, dont la quasi-totalité de la direction des Frères musulmans, l'influente confrérie de M. Morsi qui avait remporté toutes les élections depuis la révolte de 2011.

Depuis, les leaders du mouvement islamiste sont, comme M. Morsi, jugés et encourent la peine de mort. Fin décembre, la confrérie islamiste a en outre été déclarée "organisation terroriste", après un attentat meurtrier contre la police pourtant revendiqué par un groupe jihadiste basé dans le Sinaï.

C'est dans cette péninsule désertique que samedi le même groupe jihadiste, Ansar Beit al-Maqdess, qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda, a affirmé avoir abattu un hélicoptère de l'armée. Et les attaques, notamment à la voiture piégée, ont gagné jusqu'au coeur du Caire, secouée par cinq explosions ce weekend.

LIRE:


Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

Loading Slideshow...
  • Ahmed Maher

    Ahmed Maher est en prison, condamné à trois ans ferme en décembre 2013. Co-fondateur du Mouvement des jeunes du 6 avril, il a été emprisonné pour avoir protesté contre la nouvelle loi.

  • Mona Seif

    Soeur de Alaa Abd El Fattah, Mona est surtout une grande militante. Doctorante en biologie, elle est membre du groupe "Pas de tribunaux militaires pour les civils". Elle estime qu'environ 7,000 civils ont été jugés par des tribunaux militaires depuis 2011.

  • Ahmed Douma

    Ahmed Douma est en prison depuis décembre 2013. Bloggeur et activiste, il a fait plusieurs séjours en détention, en 2009, 2012 et 2013. Il vient d'être condamné, avec Mohamed Adel et Ahmed Maher, à trois ans de prison ferme pour avoir participé au mouvement "Pas de tribunaux militaires contre les civils".

  • Ahmed Seada

    Syndicaliste, Ahmed Seada a également été arrêté de nombreuses fois, notamment en octobre 2011 pour avoir protesté devant le Conseil des ministres

  • Asmaa Mahfouz

    Egalement co-fondatrice du Mouvement des jeunes du 6 avril, Asmaa Mahfouz a notamment publié une vidéo retentissante peu avant la révolution. Fin 2011, elle est arrêté pour avoir traité le conseil militaire de "conseil de chiens". Asmaa est par ailleurs lauréate du Prix Sakharov.

  • Israa Abdel Fattah

    Co-fondatrice du Mouvement des jeunes du 6 avril, un des groupes les plus actifs de la révolution et qui s'est peu à peu mué en mouvement politique. Elle avait été brièvement détenue en 2008, mais son activisme a repris pour la révolution.

  • Mahinour El Masry

    Juge et activiste, elle a été une des grandes figures de la révolution à Alexandrie. Selon Al-Ahram, un mandat d'arrêt aurait été émis contre elle début janvier.

  • Wael Ghonim

    Alors qu'il était responsable marketing du Moyen-Orient chez Google, Wael Ghonim laisse tomber son travail juste après la révolution. Administrateur de la page Facebook "We are all Khaled Saeed", qui a participé a mobilisé en vue de la révolution, il a été détenu et interrogé pendant onze jours en 2011. Titulaire du Press Freedom Prize, classé dans le Time Magazine, il est aujourd'hui moins actif sur le terrain.