Huffpost Maghreb mg

Tunisie: Élection des membres de l'ISIE... Les sept membres élus en juillet maintenus, deux noms s'y ajoutent

Publication: Mis à jour:
ELECTION ISIE
Naceur Talel pour le HuffPost Maghreb

Comme un pied de nez au Tribunal administratif, la liste des sept membres élus en juillet dernier pour composer l'Instance électorale (ISIE) reste inchangée.

Deux candidats supplémentaires ont été choisis lors de cette journée consacrée à l'élection des membres, pour compléter cette liste. Il s'agit de Anouar Ben Hassan, représentant du secteur des Finances publiques, déjà membre de l'ancienne ISIE président par Kamel Jendoubi, et de Kamel Toujani, venu remplacer l'ancien membre élu démissionnaire, Kamel Ben Messaoud, pour la catégorie des avocats.

LIRE AUSSI:

Au final, seules deux femmes ont été élues et trois membres sur les neuf faisaient partie de l'ancienne ISIE.

Le président de l'Instance devra être élu parmi les neuf membres, à la majorité absolue des députés de l'Assemblée nationale constituante (ANC). Cette élection pourrait se faire ce jeudi.

Liste des neuf membres

La majorité des deux tiers (au moins 145 députés) était nécessaire pour élire les neuf membres de l'Instance:

  • Lamia Zargouni, catégorie des juges judiciaires

Elle avait déjà été élue en juillet dernier.

  • Kamel Toujani, catégorie des avocats

Kamel Toujani, un des deux nouveaux sur la liste a remplacé Kamel Ben Messaoud, élu en juillet dernier avant de présenter sa démission.

  • Chafik Sarsar, catégorie des professeurs universitaires

Il avait également été choisi en juillet.

  • Anouar Ben Hassen, catégorie des spécialistes en Finances publiques

Aucun des candidats à ce poste en juillet n'avait recueilli les deux tiers nécessaires pour être élu. Wafa Khaouja avait bénéficié des voix de 131 élus, avant que les élections ne soient annulées.

Finalement, Anouar Ben Hassen est venu prendre sa place. Il était membre de l'ancienne ISIE, chargé des affaires administratives et financières et des achats

  • Faouzia Drissi, catégorie des représentants des Tunisiens à l'étranger

L'élection de Fawzia Drissi a été, sans conteste, la plus controversée. En cause, une de ses concurrentes, Alexandra Leïla Hovelacque, dont l'expérience de 15 ans en matière de supervision et d'organisation d'élections dans des pays en période de transition, est présentée comme unique en Tunisie.

Mais Faouzia Drissi a finalement été maintenue et Alexandra Leïla Hovelacque n'a récolté que 14 voix.

Ce résultat a fait réagir dans la loge du premier étage consacrée aux journalistes et observateurs. En effet, Nihel Ben Amar, une représentante de la société civile, fait entendre sa voix, sous les arcades de l'hémicycle. "Honte à vous!", a-t-elle lancé à l'attention des députés.

Furieux, les élus se sont insurgés contre de tels agissements. La jeune femme a été reconduite fermement à la sortie, avant que Mehrezia Labidi ne vienne elle-même inspecter les lieux.

"Cette femme n'a pas seulement brandit la photo de sa candidate, elle a prononcé des mots inacceptables. Je n'aime pas dire ça, mais honte à elle d'avoir agit de la sorte", s'est indignée Mehrezia Labidi, sur les ondes de Shems FM.

LIRE AUSSI: Vote de la honte à l'ANC: Compétences tunisiennes vivant à l'étranger, vous n'êtes pas d'ISIE

  • Mourad Ben Moula, catégorie des juges administratifs

Mourad Ben Moula figurait dans la composition de l'ancienne ISIE, en tant que chargé des affaires juridique.

  • Nabil Baffoun, catégorie des huissiers de justice et des huissiers notaires

Il était membre de l'ancienne ISIE, chargé des tunisiens résidents à l’étranger.

  • Riadh Bouhouchi, catégorie des ingénieurs en systèmes informatiques et cyber-sécurité

Des larmes et des caricatures

L'anecdote du jour à l'Assemblée concerne les larmes d'Aymen Zouaghi, député du Courant de l'amour. Ce dernier n'aurait pas pu contenir son émotion après avoir visionné une feuille imprimée distribuée à certains députés dans l'après-midi.

Cette feuille contenait des caricatures du Prophète Mohamed, publiées sur une page Facebook.

Selon plusieurs députés présents à l'Assemblée, Abderraouf Ayadi serait à l'origine de cette nouvelle polémique, en ayant pris l'initiative de distribuer les feuilles imprimées en question. Le but serait de revenir sur l'article 6 pour y intégrer la criminalisation de l'atteinte au sacré. Appelant au calme, Mustapha Ben Jaâfar a promis l'ouverture d'une enquête sur le sujet.

La séance de jeudi devrait être consacrée, théoriquement, à l'élection du président de l'ISIE et à la poursuite des débats sur la Constitution. Pour autant, l'article 45 relatif au droit des femmes n'avait pas encore fait l'objet d'un réel consensus, dans la soirée de mercredi.