Tunisie - Affaire Jabeur Mejri: L'atteinte au prophète ne relève pas de la liberté d'expression, selon Samir Dilou

Publication: Mis à jour:
SAMIR DILOU
wikimedia
Imprimer

L'atteinte au prophète ne peut pas être considérée comme relevant de la liberté d'expression, a déclaré mardi matin Samir Dilou, le ministre des Droits de l'Homme et de la Justice transitionnelle.

M. Dilou intervenait sur Express FM à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'Homme et était interrogé sur Jabeur Mejri, qui purge une peine de 7 ans et demi de prison pour des caricatures jugées blasphématoires.

Samir Dilou a affirmé que le gouvernement n'en était pas responsable: "C'est la justice qui l'a jugé et c'est le président de la République qui détient le droit de grâce".

"Mais nous ne devons pas oublier qu'en Tunisie, avec sa culture et ses traditions arabo-musulmanes, l'atteinte au prophète ne saurait être considérée comme une liberté d'expression", a-t-il ajouté.

"Lars Von Trier a été chassé de Cannes"

Tentant de justifier les limites de la liberté d'expression, le ministre a soutenu que dans les pays d'Europe occidentale, les propos "insultants envers les juifs" étaient punis. "Souvenez-vous que même Lars Von Trier a été chassé de Cannes!", a-t-il lancé.

Samir Dilou faisait référence à un épisode du Festival de Cannes 2011, lorsque le réalisateur danois Lars Von Trier avait été jugé "persona non grata" par les organisateurs du Festival à cause de propos controversés sur Hitler et les juifs.

"Cela n'empêche pas qu'un jeune puisse faire des erreurs et il est vrai que la peine qui lui est infligée est très lourde", a poursuivi le ministre. "Si (Marzouki) l'avait libéré aujourd'hui (journée des droits de l'Homme), cela aurait été une prise de position mais il peut le faire à n'importe quel autre moment", a-t-il conclu.

Interrogé plusieurs fois sur le sort de Jabeur Mejri, le président de la République a indiqué attendre "la bonne fenêtre de lancement, à la fois pour sa sécurité et pour celle du pays". A l'occasion de cette journée des Droits de l'Homme, il a accordé la grâce présidentielle à 79 autres prisonniers.

LIRE: Affaire Jabeur Mejri: Une lettre ouverte et 13 dessins à l'attention de Moncef Marzouki

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.