Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mohamed Ali Laroui a annoncé que six terroristes présumés avaient été arrêtés en relation avec les attentats déjoués de Sousse et Monastir.

Le danger persiste, a-t-il ajouté dans une déclaration à la chaîne publique Wataniya-1, sans plus de précisions "pour préserver le secret de l'instruction", selon l'agence TAP.

Cité par l'AFP, M. Laroui a par ailleurs indiqué que les auteurs des attaques manquées appartenaient à Ansar Al Charia, un groupe salafiste djihadiste classé depuis août comme "organisation terroriste" par les autorités tunisiennes.

LIRE: Tunisie: Un homme se fait exploser devant un hôtel de Sousse, attentat déjoué à Monastir

Le ministère avait auparavant fait état sur sa page officielle sur Facebook de l'arrestation de "cinq éléments terroristes".

"Une patrouille dépendant de la sécurité nationale à Sousse s'est rendu compte qu'un individu s'était infiltré dans l'un des hôtels de la ville. Après l'avoir encerclé avec l'aide des gardes de l'hôtel, il a pris la fuite et s'est fait exploser", selon le ministère, qui a publié dans la soirée de mercredi le portrait de deux très jeunes suspects recherchés.

L'un est né en 1993, l'autre en 1991.

Des touristes témoignent

Une touriste américaine à Sousse a raconté à la chaîne NBC News que le kamikaze s'était fait exploser à une cinquantaine de mètres de sa famille.

Juliette, son mari et ses trois enfants allaient faire un dernier tour dans l'eau lorsque l'explosion s'est produite.

L'Américaine a dit avoir vu un garde refouler un homme portant une valise ou un sac, tandis qu'elle et sa famille traversaient la réception de l'hôtel Mövenpick.

D'après des sources de sécurité, l'homme s'est alors dirigé vers l'hôtel Riadh Palms, d'où il a également été refoulé avant de se faire exploser sur la plage.

C'est peu après que Juliette et sa famille sont secouées par une énorme explosion.

"Nous étions à pas plus de 50 mètres de l'explosion. Mais nous sommes plutôt calmes. Lorsque nous avons appris que l'homme avait fait exploser une veste kamikaze, nous étions juste heureux d'être vivants, nous nous sentons chanceux", a-t-elle dit.

"Les gens étaient paniqués après l'explosion et le personnel, tentant de calmer les gens, leur a dit qu'une bouteille de plongée avait explosé dans la zone de plongée, près de la plage. C'est ce que nous avons dit aux enfants", ajoute-t-elle.

Un touriste belge raconte pour sa part à France Info avoir vu des "affaires noires qui montaient en l'air".

"Nous étions sur la plage, sur les transats, et après une grosse déflagration, on a vu des affaires noires qui montaient en l'air, apparemment c'était la personne qui s'était fait sauter avec sa bombe sur lui", a-t-il dit.

Avant, il n'avait "rien vu d'anormal". Juste après l'explosion, "beaucoup de gens (étaient) choqués, ça a vraiment fait une forte déflagration", a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.