Huffpost Maghreb mg

Tunisie: Cinq candidats en lice pour la présidence du gouvernement

Publication: Mis à jour:

Ils ne sont plus que cinq à être en lice pour la présidence du futur gouvernement apolitique tunisien, selon le porte-parole des organisations jouant les médiateurs entre les forces politiques, Mohamed Fadhel Mahfoudh.

Il s'agit de Jalloul Ayed, Ahmed Mestiri, Mansour Moalla, Mohamed Ennaceur et Mustapha Kamel Nabli, a précisé M. Mahfoudh, également bâtonnier de l'Ordre national des avocats.

Les concertations se poursuivent avec les chefs de partis pour réduire cette liste, l'objectif étant de parvenir à choisir un seul nom au plus tard samedi 2 novembre, a-t-il ajouté.

LIRE: Houcine Abassi: Le nom du nouveau chef du gouvernement tunisien sera révélé samedi

Depuis le démarrage du dialogue national vendredi, une multitude de noms a été évoquée par les médias, mais certains reviennent avec insistance.

LIRE: Tunisie - À la recherche du nouveau chef du gouvernement: les plus et les moins des candidats pressentis

Lors de la séance du dialogue national qui s'est tenue mardi au siège du ministère des Droits de l'Homme en présence des représentants du quartet, les partis signataires de la feuille de route des médiateurs ont examiné une liste de huit candidats sélectionnés parmi les 18 présentés à la commission du processus gouvernemental, selon Mouldi Riahi, membre du bureau politique d'Ettakatol.

Le futur Premier ministre devra être un "homme d'Etat", bénéficier de "la confiance en Tunisie et à l'étranger" et être à même d'assumer une "lourde mission" durant les mois à venir, a-t-il ajouté.

Le critère de l'âge ne pose aucun problème, a affirmé M. Riahi, estimant que l'essentiel était la méthode de travail à suivre et non le nombre d'heures de travail.

Selon M. Riahi, d'autres noms pourraient éventuellement être ajoutés à la liste, ce que Jilani Hammami, membre du Front populaire, a écarté, en ajoutant que son parti appuierait le critère de l'âge car des candidats âgés ne seraient pas en mesure d'accomplir au mieux la mission de chef du gouvernement.

L'âge avancé de certains candidats (88 ans pour Ahmed Mestiri, 83 pour Mansour Moalla et 79 pour Mohamed Ennaceur) a fait couler beaucoup d'encre, notamment sur les réseaux sociaux où certains ont relevé l'ironie de la nomination de responsables aussi âgés après une révolution dite "des jeunes".

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les candidats pressentis pour le poste de chef du gouvernement
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction