Huffpost Maghreb mg

Tunisie: Cellule de crise chez les agences de voyage et renforcements sécuritaires autour des hôtels

Publication: Mis à jour:
FTAV
Le logo de la Fédération tunisienne des agences de voyage | Facebook

La Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) a mis en place une cellule de crise après l'attentat suicide perpétré mercredi dans la ville balnéaire de Sousse et dans lequel seul le kamikaze a trouvé la mort selon le ministère de l'Intérieur.

"Nous avons mis en place une cellule de crise pour la prise en charge des résidents de l'hôtel visé par l'attaque", a indiqué le président de la fédération Mohamed Ali Toumi.

Des touristes en état de choc

Un kamikaze repéré par les gardes a été empêché de pénétrer dans l'hôtel Ryadh Palm, sur la corniche de Sousse, avant de se faire exploser sur la plage déserte de Sousse.

Des touristes résidents de l'hôtel ont assisté à la scène, a dit M. Toumi, cité par l'agence tunisienne TAP.

"Dieu merci, il n'y a pas eu de victimes mais les résidents de l'hôtel nécessitent une prise en charge psychologique", a-t-il ajouté, appelant les hôteliers à la "vigilance".

"Le tourisme tunisien vous dit merci les terroristes!", a lancé sous le choc une professionnelle du secteur hôtelier, parlant à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Renforcement des mesures sécuritaires

Par ailleurs, dans Tunis des renforts de sécurité ont été déployés autour des hôtels dans la crainte d'une nouvelle attaque, la rumeur allant bon train sur les réseaux sociaux sur des menaces présumées ou le signalement d'objets suspects à la police.

Secteur clé de l'économie tunisienne, le tourisme peine à se relever dans un contexte d'instabilité politique et de violences non revendiquées et prêtées à des groupes armés jihadistes par les autorités.

Des attentats visant des lieux touristiques, une première depuis 2002

L'attentat suicide de Sousse et l'attaque déjouée mercredi contre le mausolée du président Habib Bourguiba dans la ville proche de Monastir sont les premiers actes du genre à viser la côte-est touristique du pays depuis la révolution qui a chassé l'ancien régime de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.

La Tunisie avait été frappée auparavant par un attentat suicide revendiqué par Al-Qaïda contre la synagogue de Djerba (sud) dans lequel quatorze touristes allemands avaient été tués en avril 2002.