Huffpost Maghreb mg

Cartooning for peace à Tunis: "Les dessinateurs sont les fantassins de la liberté d'expression"

Publication: Mis à jour:
CARTOONING FOR PEACE TUNIS
Henda Chennaoui du comité de soutien du prisonnier Jabeur Majri, Tunis 30 octobre 2013 | Nacer Talel pour HuffPost Maghreb

Une des rencontres attendues de la Foire du livre de Tunis était celle organisée par Cartooning for Peace mardi 29 octobre. Des caricaturistes tunisiens, mais aussi des dessinateurs venus de Libye, du Maroc, d’Algérie, du Burkina Faso et de Belgique, menés par Plantu, ont débattu du dessin, sa portée, et ses “interdits”.

“Les dessinateurs sont les fantassins de la liberté d’expression”, déclare Plantu en présentant ses homologues. Invités dans le cadre de la rencontre organisée par son association “Cartooning for Peace, le célèbre dessinateur du Monde explique qu’il est en “Tunisie pour apprendre”. “C’est grâce aux dessinateurs qu’on peut comprendre l’évolution de ce pays”, soutient-il. Animé par Needhal Ghariani (eRevolution), le débat avec les dessinateurs a été marqué par une action de solidarité avec Jabeur Mejri, emprisonné pour avoir publié des caricatures blasphématoires sur Internet. Amnesty international et son comité de soutien ont tenu à évoquer son cas au tout début de la rencontre.

Les caricatures après une révolution

Nadia Khiari alias Willis from Tunis a commencé à dessiner le 14 janvier 2011. Depuis ce jour-là, date de la chute de Ben Ali, plusieurs dessinateurs tunisiens ont émergé, bénéficiant d’une nouvelle liberté d’expression. “En Libye, il y a eu une explosion de caricatures au tout début de la révolution, mais après c’est devenu plus difficile car il y a des enjeux politiques, comme en Tunisie d’ailleurs, mais en pire car il y a des armes partout!”, soutient Nizar Ali Siala.
“J’ai l’impression que dans les pays qui se libèrent on peut dessiner les choses avant de les écrire”, commente le Burkinabè Damien Glez.

Dessinateur pour la presse tunisienne depuis 1978, Chedly Belkhamsa a expliqué la difficulté de son métier sous la dictature. “Les seules personnes qui ont pu faire quelque chose et revendiquent leur héroïsme aujourd’hui étaient à l’étranger”. Citant l’exemple de l’homme de théâtre Taoufik Jebali, Belkhamsa estime que ceux qui, sous Ben Ali, critiquaient en contournant la censure, “parviennent difficilement à produire après la révolution”.

Lire > Foire du livre de Tunis: Faute d'argent, les dessinateurs du Lab619 s'installent à l'entrée

Peut-on rire de tout?

Peut-on rire de tout? La question est souvent posée aux dessinateurs. “Y’en a marre qu’on nous parle de provocation”, déclare Nadia Khiari alias Willis from Tunis. “Nous sommes là pour parler et dénoncer des choses. Ce que nous dessinons est moins violent que la réalité”, poursuit-elle. “Les seules limites que je me mets sont les incitations à la haine et à la violence”.

Mais les fameuses caricatures de Mahomet publiées par le journal danois Jyllands-Posten en 2005 restent toujours sujettes à polémique, y compris pour les caricaturistes. “Ils ont fait les cons mais ils sont excusables. Ils ne connaissaient pas cet interdit”, a estimé Pierre Kroll. Avant d’ajouter, “il ne faut pas qu’il y ait un avant et un après caricatures de Mahomet”. Plus hostile, Nizar Ali Siala pense qu’il s’agissait d’une “provocation gratuite”. “Tout comme Salmen Rushdie et les versets sataniques, celui qui fait les caricatures de Mahomet profite de la provocation religieuse pour devenir célèbre” juge-t-il. Khalid Gueddar affirme également son désaccord, tout en défendant la liberté d’expression: “Il ne faut pas profiter du support pour provoquer les musulmans”, dit-il.

“C’est ce qui nous réunit dans Cartooning for Peace. C’est cette nouvelle grille de responsabilité. Nous ne voulons pas humilier les croyants, mais nous visons les fondamentalistes et les intolérants”, dit Plantu. Pourtant, le dessinateur a récemment créé la polémique avec un dessin faisant le parallèle entre les syndicalistes français et les intégristes, jugé stigmatisantt par les uns, “surfant sur l’islamophobie” par d'autres.

Lire > Tunisie: Une Foire du livre éclectique mais une fréquentation en baisse

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.

Sur le web

Cartooning for Peace - WILLIS FROM TUNIS

Cartooning for Peace / Dessins pour la Paix | Facebook

Cartooning for peace à Tunis : la grande omelette n'a pas eu lieu !