Huffpost Maghreb mg

"Génération maudite", un documentaire sur l'évolution des cyberdissidents après la révolution, en salles le 2 novembre (PHOTOS/VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Print Article
DOCUMENTAIRE GNRATION MAUDITE
Nomadis Images Productions

Le documentaire "Génération maudite" (ou "Awled Ammar"), signé Nasreddine Ben Maati, sortira dans les salles Cinémadart (Carthage) et Hannibal (El Manar 1) le 2 novembre. Ce film de 61 minutes, produit par Propaganda Productions et Nomadis Images, revient sur la jeune génération dissidente durant la censure instaurée sur la Toile et connue sous le nom de "Ammar404". Quelques mois après la révolution, le constat du désenchantement d'une partie de la jeunesse, privée de ses aspirations à la liberté et la démocratie, s’impose déjà.

Le jeune réalisateur, qui vient de fêter ses 23 ans, a suivi le phénomène des cyber-activistes depuis 2008, l'année des premières révoltes populaires de Gafsa. Depuis, une communauté a émergé, évolué et pris de l'ampleur après la chute du régime.

"Ces cyber-activistes, je les suis depuis longtemps et pour moi c'était intéressant qu'ils puissent donner leur avis sur la vague révolutionnaire, puisqu'ils en étaient les principaux protagonistes sur Internet", a confié Ben Maati au HuffPost Maghreb.

Le film retrace donc l’historique de la cyber-dissidence en Tunisie et son rôle dans la révolution, ainsi que l'évolution de ces jeunes, notamment les principaux intervenants du film, à savoir Haythem El Mekki, Lina Ben Mhenni, Azyz Amami, Yassine Ayari, Skander Ben Hamda et "Z" (débat Tunisie).

La sortie du film se fera donc plus de deux ans et demi après la révolution du 14 janvier, une sortie "qui n'est pas tardive" pour le réalisateur: "Je pense qu'il était nécessaire de pouvoir prendre du recul par rapport aux événements post-révolutionnaires pour pouvoir en tirer des conclusions fermes. "Le tournage s'est finalement étalé sur trois ans, de fin 2011 à quelques prises en 2013 pour peaufiner le film. "Il y avait tout le temps de nouvelles aventures que je ne pouvais pas manquer et je pense que la sortie vient au bon moment".

D'après le réalisateur, le Web n'est plus le moyen le plus efficace pour être dissident depuis la révolution. "Facebook par exemple était un moyen de transmission d'informations pour une communauté underground, unie contre les mêmes "ennemis". À présent, Facebook est un média de masse sur lequel on trouve tout et aussi n'importe qui (...). Dès lors, la dissidence ne peut plus se faire sur le Web comme auparavant, il faut investir les rues à l'ancienne."

"À travers ce film, je veux avant tout garder la fraîcheur et la sincérité de la jeunesse. Mais cette œuvre est également le reflet de ma déception: le passage du virtuel au réel".

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Des images du tournage de "Génération maudite"
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction