Huffpost Maghreb mg

Des Tunisiens de confession juive agressés à Djerba dans l'impunité

Publication: Mis à jour:
TUNISIENS JUIVE DJERBA
Nacel Talel pour le HuffPost Maghreb

L'Association tunisienne de soutien aux minorités a dénoncé, mercredi 2 octobre, une série d'agressions commises contre des Tunisiens de confession juive sur l'île de Djerba et a accusé la police de harcèlement.

"Les Tunisiens de confession juive se sentent en danger, ils ont vraiment peur", a indiqué lors d'une conférence de presse la présidente de l'association Yamina Thabet après une visite à Djerba.

Selon les témoignages recueillis sur place au cours des trois dernières semaines, marquées par d'importantes festivités comme Yom Kippour ("Jour du Grand Pardon") et Rosh Hashana ("Jour de l'an"), trois "incidents graves" ont visé la communauté juive tunisienne. Des policiers ont investi un déjeuner festif pour saisir "une moto volée sans même vérifier les papiers du propriétaire", a expliqué Mme Thabet, dénonçant du "harcèlement".

Par ailleurs, un homme est entré par effraction dans la salle de prière d'une école juive, agressant devant des enfants un adulte présent. La même personne est accusée d'avoir violenté deux jeunes filles alors que des personnes étaient en train de prier. Malgré des plaintes et une incarcération de 24 heures, l'agresseur, qui affirme être "le nouveau Hitler", n'est poursuivi que pour "atteinte aux biens d'autrui" et aucune mention n'a été faite du caractère racial suspecté des agressions, relève Mme Thabet.

Les Tunisiens de confession juive "en ont marre d'être utilisés lors de visites officielles de responsables politiques comme un argument en faveur d'une coexistence pacifique (avec les musulmans) alors que lorsqu'il y a des violations de la loi, ils sont les premières victimes de négligences", a-t-elle dénoncé.

L'Association tunisienne de soutien aux minorités a aussi rappelé que malgré une plainte judiciaire, aucune mesure n'a été prise contre un imam de la banlieue de Tunis qui, lors d'un prêche diffusé à la télévision nationale, avait appelé "Dieu à éradiquer les juifs". Un appel à la haine raciale passible d'un à trois ans de prison.

L'Association fondée après la révolution de janvier 2011 est engagée dans la défense des droits des différentes communautés de Tunisie, en particulier les juifs. Elle est également active pour défendre les homosexuels.

La communauté juive en Tunisie s'est réduite à environ 1.500 personnes, contre 100.000 avant l'indépendance en 1956. L'île de Djerba est l'un de ses hauts-lieux, accueillant notamment tous les ans le pèlerinage de la Ghriba, dont la synagogue avait été visée par un attentat-suicide en 2002.