Quelque 100 000 élèves ont abandonné l'école au cours de l'année scolaire 2012-2013, soit une hausse de 30% par rapport aux années précédentes a déclaré le directeur général des études au ministère de l’Education

Un chiffre alarmant qui souligne, outre la crise que traverse le système de l'éducation nationale et les problèmes socio-économiques, une tendance de désintérêt des cours proposés.

Pour d’autres étudiants à travers le monde, ce problème ne se pose probablement pas. Pour cause, certaines écoles ont flairé le filon des sujets populaires qui font le buzz pour les enseigner à l’université!

Séries télévisées, cinéma, célébrités, relations amoureuses… Les professeurs ne manquent pas d’imagination pour créer des cours, au mieux originaux, au pire complètement ridicules.

Ces approches devraient fortement aider à capter (et garder) l’attention des amphithéâtres, et les universités concernées affirment qu’elles aideraient aussi à développer la créativité et l’ouverture d’esprit des élèves.

En cette rentrée 2013, le HuffPost Maghreb vous a concocté un petit tour d’horizon des cours et des formations les plus insolites à travers le monde (on ne sait jamais!)


Loading Slideshow...
  • Cours de survie aux zombies

    A <a href="http://www.cdc.gov/phpr/zombies.htm" target="_blank">l’Université du Michigan (Etats-Unis)</a>, les élèves peuvent suivre des cours d’été de survie aux zombies. On ne sait jamais… En fait, les mort-vivants ne sont qu’un prétexte pour aborder la façon d’agir en cas de grandes catastrophes, des conséquences sur l'individu aux organisations sociales. <em>"Si vous êtes bien équipés pour faire face à une invasion de zombies, alors vous serez aussi préparés en cas de cyclone, de pandémie, de tremblement de terre ou d’attentat terroriste"</em>, explique le Docteur Ali Khan, directeur du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies. <a href="http://news.uci.edu/features/academics-take-on-zombies/" target="_blank">L’Université de Californie, Irvine (Etats-Unis)</a> vient quant à elle d’annoncer il y a quelques jours qu’elle dispenserait des cours en ligne gratuits sur la série à succès "The Walking Dead" (sur les zombies) à partir du 14 octobre 2013. Les sujets abordés comprendront la hiérarchisation des besoins en temps de crise, la physiologie du stress et la modélisation de la population pour prédire la survie d'une espèce.

  • Une formation Jedi

    En 2008, l’<a href="http://www.qub.ac.uk/" target="_blank">Université de Belfast (Irlande du Nord)</a> a décidé d’enseigner… "Les techniques psychologiques cachées derrière la formation des chevaliers Jedi". Exactement. Ce cursus basé sur la saga Star Wars aborde (à défaut du maniement de sabres laser) des sujets plus larges tels que la paternité, le fascisme ou la dualité. Pour des cours plus « physiques», vous pouvez toujours vous rendre à Quipué (Chili), où une école de Jedi a ouvert ses portes. Petite précision: vous devez avoir entre 6 et 12 ans… Vous la sentez cette force de la rentrée?

  • La science d’Harry Potter

    Pour ceux qui ont dévoré et redévoré les tomes de JK Rowling (et qui auraient même rêvé d’un petit match de Quidditch sur un balais volant), voici des études qui devraient vous transporter au septième ciel. Fort de son succès planétaire, Harry Potter fait en effet l’objet de nombreux cursus universitaires à travers le monde. <a href="http://www.frostburg.edu/" target="_blank">L’Université de Frostburg, dans le Maryland (Etats-Unis)</a> s’est par exemple intéressée aux liens entre science et magie, en tentant de répondre à des questions telles que "La recherche produira-t-elle un jour un balai volant?" ou "Un chien à trois têtes peut-il s’expliquer par la génétique?" A <a href="https://www.dur.ac.uk/faculty.handbook/module_description/?year=2010&module_code=EDUC2381" target="_blank">l’Université de Durham aussi (en Angleterre)</a>, les élèves sont tombés sous le charme du jeune sorcier, avec un module intitulé "Harry Potter et l’Age de l’Illusion". Et autre bonne nouvelle pour les "Potterophiles": en cette rentrée 2013-2014, c’est à <a href="http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2013/CHUM/1365" target="_blank">Science Po</a> de proposer ce genre de cours magiques. “Harry Potter de J. K. Rowling, approche littéraire, psychanalytique et politique” fera en effet l’objet d’une étude approfondie, sur des thèmes comme “La vision de l’école Hogwarts/Poudlard est-il un bon collège ?”, “La critique des élites (les Malefoy, Skeeter, Ombrage, Percy... les jumeaux Weasley)”, “Dumbledore et la connaissance de soi”, ou encore “Apprendre à aimer (Hermione et Ron)”. Tentés par l’aventure? A vos baguettes, ou stylos!

  • Un master "Beatles, musique populaire et société"

    <a href="http://www.hope.ac.uk/postgraduate/postgraduatecourses/thebeatlespopularmusicandsocietyma/" target="_blank">L’Université de Liverpool Hope</a> dispense depuis 2009 des cours consacrés au groupe mythique des Beatles, produit local et grande fierté de la ville. Diplômé en "Beatles, musique populaire et société"… La classe sur un CV, non ? Ce cursus traite entre autres de l’histoire de Liverpool et de son influence sur la formation du groupe, ainsi que du contexte dans lequel ont évolué ces quatre garçons dans le vent. <em>"Nous étions tous dans ce bateau des sixties, notre génération, dans un bateau parti pour découvrir un monde nouveau, et les Beatles étaient à la proue de ce bateau"</em> (John Lennon et sa légendaire modestie).

  • Etude des Elfes

    Vous rêviez (ou pas) de tout connaître des fées, gnomes, et autres créatures de la forêt? Croyez-le ou non, c’est possible! Figurez-vous qu’en Islande, il existe une Ecole des Elfes (appelée "Álfaskólinn") où vous pouvez obtenir un diplôme en "études et recherches sur les elfes et autres peuples invisibles". Savoir quoi en faire après, est un autre mystère à résoudre…

  • Option séduction

    En 2008, pour relancer une natalité en berne, le gouvernement de Singapour lança un programme national pour promouvoir les relations amoureuses. Les étudiants pouvaient ainsi choisir une option "séduction" pour l’obtention de leur diplôme final. Apprendre à bien tenir la main de son/sa partenaire, analyse de chansons d’amour et de films à l’eau de rose faisaient par exemple partie de ce programme pour le moins surprenant. A Singapour, on ne badine pas avec l’amour !

  • Philosophie des Simpsons

    A la prestigieuse <a href="http://www.berkeley.edu/index.html" target="_blank">Université Berkeley en Californie (Etats-Unis)</a>, dans le cadre du <a href="http://www.decal.org/725" target="_blank">programme DeCal</a>, des élèves se sont vu enseigner en 2008 la célèbre série à travers les yeux de Nietzsche, Platon, Aristote, Socrate et autres. Que révèle le fameux "D’oh" d’Homer sur son existentialisme? La chevelure volumineuse de Marge est-elle porteuse de vie ou plutôt le symbole de la dégradation de la société? Une autre façon (tirée par les cheveux?) de suivre la vie de votre famille délurée préférée!

  • Ecole du cannabis

    En Tunisie, le cannabis est illégal. Aux Etats-Unis par contre, certains Etats l’autorisent progressivement, et une université propose même de l’étudier sous touts ses angles! Bienvenus à la <a href="http://thcuniversity.org/" target="_blank">"THC University", au Colorado</a> (du nom de la molécule tétrahydrocannabinol contenue dans le cannabis), qui délivre des diplômes jusqu’au Master. Lancée par deux étudiants américains, cette université propose trois certificats différents: un pour apprendre à tenir une boutique de marijuana, un pour apprendre à cultiver les plants de cannabis en intérieur, et un master en culture pour exceller dans l’industrie du cannabis en seulement 14 leçons (pour la modique somme de près de 2000 dinars quand même). Il est aussi possible de suivre ces cours en ligne. Une formation qui fera sûrement un tabac!

  • Sciences des super-héros

    Les matières scientifiques vous barbent? La physique, très peu pour vous? Vous changeriez peut-être d’avis si vous suiviez ce cours… En 2006, des cours d’été sur "La Science, des super-héros au réchauffement climatique" enseignaient aux étudiants la différence entre la science-fiction et les faits scientifiques à <a href="http://news.uci.edu/features/making-physics-fun/" target="_blank">l’Université de Californie-Irvine (Etats-Unis).</a> Est-ce qu’une overdose de rayons gamma peut vraiment transformer quelqu’un en Incroyable Hulk? Comment fonctionne le jet invisible de Wonder Woman? Qu’en est-il de la gravité sur la planète Krypton? En répondant à ces questions, le professeur Michael Dennin espérait "populariser" son domaine en le rendant infiniment plus intéressant. Les étudiants de <a href="http://web.uvic.ca/calendar2012/CDs/EPHE/156.html" target="_blank">l’Université de Victoria (Canada)</a> peuvent quant à eux suivre un cours sur la "Science de Batman" qui utilise le justicier comme métaphore pour l’étude du corps humain et son adaptabilité. Retrouver vos héros préférés à l’Université… qui l’eut cru?

  • Lady Gaga et la sociologie de la célébrité

    A <a href="http://web.schc.sc.edu/Courses/Course_Detail.php?Identity=7950" target="_blank">l’Université de Caroline du Sud</a>, les élèves peuvent étudier l’ascension fulgurante de l’artiste Lady Gaga. Le professeur Deflem (spécialiste reconnu du terrorisme et des relations internationales!), à l’origine de ce cours, est un fan inconditionnel de la diva. En 2010, il l’avait déjà rencontré cinq fois et assisté à 28 de ses concerts. Son cours, qui n’a rien d’une plaisanterie, selon lui, a pour but de comprendre ce qui fait d’une personne une célébrité et ce que signifie être une star. <em>"Nous nous intéresserons à comment Lady Gaga est devenue cette chose, cet événement, d’un point de vue social et à dimension internationale"</em>, explique le professeur Deflem. A travers ses cours un peu "gaga", le sociologue espère bien remplir les bancs de l’amphi… et c’est bien parti pour! Autre star universitaire: la chanteuse Beyoncé, qui fait l’objet d’un cours intitulé "Beyoncé en tant que figure politique?" à <a href="http://news.rutgers.edu/issue.2012-01-03.4307075525/article.2012-01-09.3710058680#.Ui3tELxs--M" target="_blank">l’Université Rutgers, au New Jersey (Etats-Unis).</a>


Un petit bonus pour la route:

  • Nabilla et son célèbre "Allô, non mais allô quoi!" se sont glissés le 25 mars 2012 dans un sujet d’examen partiel en droit de la famille à l’Université Paris V Descartes.
  • En prévision de l'afflux de touristes qui déferleront au Brésil pour la Coupe du Monde en 2014, l'Association des professionnels du sexe Aprosmig organise des cours d’anglais gratuits pour les prostitués volontaires de Belo Horizonte (sud-est du Brésil).
  • En Chine, l’Université de Guangdong enseigne l’art du cambriolage! Il s’agit en fait d’échafauder un plan pour cambrioler une banque en 7 minutes, avec six rôles bien définis: un chef, un serrurier, un chauffeur, deux brigands et un homme armé. Objectif: apprendre à gérer efficacement un budget. Espérons juste que les étudiants comprennent que ce n’est absolument pas à reproduire dans la vie réelle…