Huffpost Maghreb mg

Deux projets en Afrique remportent le prestigieux prix Aga Khan 2013

Publication: Mis à jour:
ARCHITECTURE
Facebook/Cityscapes.Ma

Deux projets architecturaux au Maroc et au Soudan font partie des cinq lauréats du prix Aga Khan 2013.

Cette récompense architecturale, une des plus prestigieuse au monde, a été décernée cette année aux cinq meilleures initiatives qui ont su allier qualité de vie et préservation de l’héritage musulman.

Les lauréats furent annoncés le soir du 6 septembre à Lisbonne par le Président du Portugal (Aníbal Cavaco Silva) et le Prince Aga Khan, chef spirituel musulmans chiites ismailis.

Le prix Aga Khan, c’est quoi?

Le prix Aga Khan d'Architecture a été créé en 1977 pour “identifier et encourager les concepts de bâtiment qui adressent avec succès les besoins et les aspirations des communautés dans lesquelles les musulmans ont une présence significative".

Tous les trois ans, ce prix est décerné par un jury d’architectes internationaux reconnus à des projets qui prennent en compte la “dimension humaine” et la notion de “durabilité”. Toutes sortes de bâtiments, des plus petits au plus grands, ont leur chance.

Farrokh Derakhshani, le directeur du Prix, a déclaré:

"Le Jury (…) a effectué des choix intéressants. Par exemple, des écoles en Afghanistan et en Syrie ont été sélectionnées, tout comme un hôpital au Soudan, un gratte-ciel à Bangkok et la reconstruction d’un camp de réfugiés au Liban. Sur tous les plans, ces choix reflètent la préoccupation principale du Prix: l’impact des bâtiments et des espaces publics sur la qualité de vie."

"Comment honorer des traditions ancestrales tout en tenant compte des complexités sociales et des nouveaux progrès technologiques ?" est la question que s'est posé le jury pour trancher.

Les cinq projets primés se partageront un million de dollars octroyés aux architectes, municipalités, constructeurs, ingénieurs, ou toute autre entité ayant joué un rôle déterminant dans la réalisation du projet.

Et les gagnants sont...

Les lauréats 2013, dont le pont Hassan II au Maroc et un centre de chirurgie cardiaque au Soudan, ont été choisis parmi 20 finalistes à travers le monde.

D’après un communiqué de presse du Réseau Aga Khan de développement, les cinq projets gagnants sont :

  • Le Centre Salam de Chirurgie Cardiaque, Khartoum, Soudan:

D’une capacité de 63 lits, ce centre à l’architecture accueillante a soigné plus de 5,4 millions de patients depuis son ouverture en 1994. Il s’agit d’un “prototype exemplaire pour la région et le terrain”, a souligné le Jury, en faisant référence à ses qualités hospitalières, mais surtout aux moyens écologiques mis en œuvre (panneaux solaires, techniques spéciales d’isolation, utilisation de conteneurs…).

architecture

Photo: akdn.org

  • La revitalisation du Centre Historique de Birzeit, Birzeit, Palestine:

Le projet, qui s’étend sur cinq ans et finira par inclure 50 villages, fait partie d’un plan de réhabilitation pour ranimer l’artisanat traditionnel local et relancer l’économie à travers notamment la création d’emplois. Le jury a admiré la façon de réunir "intervenants et artisans locaux dans un processus de guérison non seulement physique mais également social, économique et politique".

architecture

Photo: Facebook/AgaKhanAward

  • Le Projet d’Infrastructure Urbaine Rabat-Salé, Maroc:

Le Pont Hassan II, inauguré en 2011, a contribué à améliorer la mobilité et le transport entre Rabat et Salé, deux villes dites modernes et progressistes. Le Jury a soulevé que le projet était "un modèle sophistiqué et cohésif pour des projets d’infrastructures futures, surtout pour les lieux d’urbanisation rapide".
Ce pont, qui traverse l’estuaire du Bouregreg, fait 1 215 m de long, 46 m de large et 12,8 m de haut.

architecture

Photo: akdn.org

  • La réhabilitation du Bazar de Tabriz, Tabriz, Iran:

Datant en partie du 10ème siècle, le Bazar de Tabriz, principal centre commercial de la ville, commença à se détériorer avec le temps. Pour remédier à cela, une plateforme de gestion fut établie, impliquant la communauté du Bazar, les autorités municipales, le Patrimoine Culturel et l’Organisation du Tourisme et de l’Artisanat (ICHTO). Grâce à eux, de nombreux complexes à l’intérieur du Bazar ont été réhabilités, l’infrastructure a été améliorée et des installations publiques ont été aménagées.
Ce projet est "un exemple remarquable de coordination et de coopération d’intervenants pour restaurer et revitaliser une structure unique", a fait remarquer le jury.

architecture

Photo: Facebook/AgaKhanAward

  • Le Cimetière Islamique, Altach, Autriche:

Le désir des musulmans d’être enterrés dans leur pays de naissance (et non plus dans leur pays d’origine) a conduit les autorités locales et une ONG à créer un cimetière où les rites funéraires pourraient être pratiqués localement. Le Jury a tenu à récompenser la façon dont ce cimetière à réussi à répondre au "désir d’une communauté d'immigrants cherchant à créer un espace qui comble leurs aspirations spirituelles et, (qui) à la fois, répond au contexte de leur pays d’adoption".

architecture

Photo: Facebook/AgaKhanAward

Dans son discours tenu lors de la cérémonie de remise des prix à Lisbonne le 6 septembre, le Prince Aga Khan a déclaré fièrement:

"C’est la douzième fois en plus de 36 ans que nous organisons le Prix Aga Khan d’Architecture. Les cycles de récompense ont encouragé des discussions profondément enrichissantes durant toutes ces années, dans lesquels il a été question de plus de 5000 projets nominés et plus de 100 promus".

Sur le web

Le prix Aga Khan de l'architecture décerné au Pont Hassan II