Les programmes mis en œuvre pour développer le partenariat économique entre la Tunisie et l'Europe ont été au centre d'une réunion tenue, jeudi, à Tunis entre le ministre de l'Industrie, Mehdi Jomaa, et une délégation du Sénat français.

Cette délégation visite actuellement le pays pour élaborer un rapport sur l'accord de partenariat privilégié entre la Tunisie et l'Union européenne signé en novembre 2012 à Bruxelles.

La Tunisie et l'UE avaient alors convenu d'un plan d'action concernant les domaines politique, économique, social et financier au cours de la période 2013-2017. Il s'agit de promouvoir le dialogue politique et d'intensifier les échanges économiques, en vue de créer un espace économique commun qui ouvre des perspectives aux exportations tunisiennes sur le marché européen.

“Nous sommes ici en Tunisie pour prendre acte de l'état d'avancement du processus de transition démocratique, notamment à la suite de la signature, en novembre 2012, d'un accord de partenariat privilégié entre la Tunisie et l'Union européenne (UE), a indiqué, jeudi en fin d'après-midi, le Sénateur Simon Sutour, chef de délégation de la Commission des Affaires européennes du Sénat français, actuellement en visite en Tunisie.

Nous sommes là pour prendre connaissance de l'avancement de ce processus, sur le plan technique, et de la dynamique de rapprochement avec l'Union européenne, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à la résidence de France à la Marsa.

“C'est pourquoi nous avons rencontré des membres du gouvernement, des parlementaires de la majorité et de l'opposition, des acteurs économiques ainsi que des représentants de la société civile, notamment le réseau EuroMed des droits de l'Homme”, a-t-il expliqué.

Mettant l'accent sur l'intérêt accordé par la Tunisie à la coopération avec l'Europe, le ministre tunisien de l’Industrie a affirmé "nous demeurons attachés à nos engagements, afin de permettre aux entreprises tunisiennes et européennes de renforcer les échanges et les investissements mixtes".

Il a ajouté que "l'Europe doit soutenir le processus démocratique en Tunisie, en donnant un signal fort aux entreprises européennes pour faire confiance au site tunisien. L'objectif étant de permettre aux produits industriels tunisiens dans les nouveaux créneaux, d'accéder au marché européen".

Il a mis en exergue "l'importance du potentiel économique du site tunisien dont les atouts restent compétitifs et présentent des arguments solides d'avenir pour le partenariat économique, en particulier industriel, avec la stabilisation de la situation politique du pays".

Un rapport sur le partenariat privilégié Tunisie-UE sera présenté l'automne prochain, selon des sénateurs français.

Deuxième étape d'une mission entamée en début de semaine au Maroc, cette visite qui se déroule du 4 au 6 septembre est focalisée essentiellement sur les rapports entre l'UE et les pays de la rive sud de la Méditerranée, a-t-il souligné, faisant remarquer que le Maroc devance les autres pays de ladite zone dans ses relations avec l'UE, en termes de statut et de pratiques.

Selon Simon Sutour, cette mission sera sanctionnée par un rapport qui sera présenté l'automne prochain sur le partenariat privilégié de l'UE avec la Tunisie, précisant que ce rapport doit comporter des recommandations sous forme de propositions de résolution et d'avis politiques.

D'après un communiqué de l'ambassade de France à Tunis, l'ambition de cette délégation est de rappeler que l'Union européenne à un rôle à jouer en vue de favoriser le développement économique et social et les transitions démocratiques sur la rive sud de la Méditerranée en l'intégrant progressivement au sein du marché européen.