Alliés par le passé, Washington et Téhéran n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1979 et la crise des otages (dont s’est inspiré le film "Argo", sorti en 2012). Un bras de fer s’est ensuite engagé entre les deux puissances au sujet du programme nucléaire de l’Iran, et aujourd’hui le fossé se creuse encore plus avec le sujet épineux de la Syrie.

Mais tout cela n’a pas empêché une jeune américaine de partager sa grande passion pour Dame Iran, utilisant l’humour et la créativité pour répondre à n’importe quelle question sur ce pays.

Au-delà des idées reçues

Sophy Najera, 21 ans, étudie l’Histoire au Texas (Etats-Unis). Durant son temps libre, elle dévore les livres sur l’Iran, s’entoure d’amis iraniens et nourrit son blog de dessins de bandes déssinées. Elle se sent en fait investie d’une considérable mission: éradiquer les clichés en quelques coups de crayon (et de souris).

"Ce qui rend l’Iran particulièrement fascinant, c’est la façon dont les Etats-Unis l’ont façonné dans l’imaginaire américain. (…) Alors que certains vous feront croire que l’Iran est un territoire d’extrémistes sinistre et morne, d’autres la réduiront à sa seule capitale. (…). J’ai voulu découvrir l’Iran au-delà de la façon dont les Etats-Unis aiment à la simplifier, au-delà des approches réductrices de certains articles", explique-t-elle au HuffPost Maghreb.

Dans son blog "Ask Iran" (ou "Ay Dokhtare"), l’Iran est représentée par une demoiselle intelligente, vive et un brin rebelle. Cette Iran-là, appelée "Roshanak Bahramzadeh", flirte avec la Turquie, taquine le paranoïaque jeune Israël, et explique chaque semaine les histoires et cultures plus profondes de son pays.

"Au vu de toutes ces bêtises que l’Amérique à propagé à mon égard, je, en la personne de la belle République islamique d’Iran, suis venue pour tous vous éclairer. N’hésitez pas à me demander tout ce que vous avez désespérément besoin de savoir!", peut-on lire sur le blog.
iran
Photo: Ask Iran/Sophy Najera

Une vague de questions et un puits de réponses

Sophy nous affirme avoir reçu plus de 400 questions jusque-là depuis le lancement du site, la majorité concernant les relations étrangères. Elle soulève aussi que beaucoup de personnes s’intéressent à l’Iran en tant qu’individu:

"(Les gens) s’interrogent sur sa cuisine, ses choix vestimentaires et même sur ses secrets de beauté! Parfois, il leur arrive aussi de l’insulter, en faisant par exemple des commentaires sur son nez assez proéminent ou en se moquant de son âge!".

"Que pense vraiment l’Iran de l’homosexualité?", "Peux-tu m’en dire plus sur les afro-iraniens?", "Que penses-tu de ta pote Pakistan?", "Quelles langues parle-t-on en Iran", ou "Est-ce que tous les iraniens ont les cheveux noirs?", sont quelques-unes des questions qui ont été posées à Roshanak. Sur ce blog, aucune n’est trop bête pour être posée et toutes sont les bienvenues!

iran
Photo: Ask Iran/Sophy Najera

Le rêve iranien

Avec autant de connaissances sur le sujet, vous serez cependant surpris d’apprendre que Sophy n’a jamais mis les pieds en Iran, et n’a aucune origine iranienne.

"La plus grosse partie de mes réponses est basée sur les nombreux livres relatifs à l’Histoire, les cultures et la politique en Iran".

Elle s’inspire aussi de ses "amis iraniens" aux Etats-Unis (dont Beeta Baghoolizadeh et Shima Houshyar du site de l’ "Ajam Media Collective" et la journaliste Holly Dagres) et en Iran.

"J’ai seulement vu l’Iran à travers des photos et des vidéos, mais j’espère pouvoir un jour la découvrir moi-même", nous confie Sophy.

En attendant, elle continue de donner vie à ce personnage complexe qui a encore beaucoup à dire. Avec sa façon à elle si particulière de présenter les choses, la jeune femme conclut:

"L’Iran est une femme féroce et rebelle, riche d’une sagesse acquise tout au long de ses milliers d’années d’existence. Elle n’est pas (…) décrépie et malade, mais résistante et digne. L’Iran, bien sûr, a ses sautes d’humeur pendant lesquelles elle est sans merci et de mauvaise grâce, mais ceci témoigne du fait que, en tant que personne, elle est juste aussi imparfaite que n’importe quel autre être humain."
Loading Slideshow...
  • Persepolis (2000-2003)

    Récit autobiographique de l'enfance et l'adolescence d'une jeune Iranienne de la fin du règne du Shah jusqu'à celui des Ayatollahs, "Persepolis"(écrit par Marjane Satrapi) fut primé à Angoulême en 2002 et au festival de Cannes en 2007. Cet ouvrage traite avec humour de la condition féminine dans une république islamique. Adapté au cinéma en 2007, la série créa la polémique dans plusieurs pays arabes, où elle fut même censurée. Rappelons que le patron de la chaîne tunisienne Nessma TV avait été condamné à verser une amende de 2 400 dinars «pour la diffusion au public d’un film troublant l’ordre public et portant atteinte aux bonnes mœurs»

  • Palestine (1993)

    Ecrit et dessiné par le journaliste maltais Joe Sacco, ce roman graphique raconte ses expériences en Palestine. L'auteur y livre une description de la société palestinienne, notamment en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. En mettant l'innovation graphique au service de l'engagement journalistique, ce roman remportera le prestigieux American Book Award en 1996.

  • V pour Vendetta (1982-1990)

    La BD d'Alan Moore "V pour Vendetta" raconte l'histoire d'un anarchiste, révolutionnaire, dans une société anglaise dévastée aux main d'un parti fasciste. Le masque porté par le personnage principal est aujourd'hui devenu le symbole de toutes les luttes, et l'emblème du groupe Anonymous. Le film inspiré du roman est sorti en 2006.

  • Maus (1978-1991)

    "Maus" est une bande dessinée d'Art Spiegelman. Elle raconte, la Shoah, représentée à travers l'histoire des parents de l'auteur déportés à Auschwitz en 1944. Les Juifs sont représentés en souris et les nazis en chats, et le récit évoque aussi bien le passé européen que le présent américain. Art Spiegelman est le seul auteur de bande-dessinée à avoir jamais reçu le prix Pulitzer (en 1992), et son roman graphique fut traduit en dix-huit langues.