Huffpost Maghreb mg

Ansar Al Charia, une "organisation terroriste": Les preuves du ministère de l'Intérieur

Publication: Mis à jour:
BEN JEDDOU
Nacer Talel pour HuffPost Maghreb

Après la décision du gouvernement Larayedh de classer Ansar Al Charia comme organisation terroriste, le ministre de l’Intérieur a tenu une conférence de presse pour révéler, “preuves à l’appui” l’implication de ce mouvement dans les assassinats politiques, les actes terroristes au Châambi et la circulation d’armes dans le pays.

Ansar Al Charia vient d’être classée organisation terroriste ceci implique, selon Lotfi Ben Jeddou:”interdire toute activité, criminaliser toute appartenance au mouvement, ainsi que toute aide financière ou logistique”.

Selon le ministère de l’Intérieur, d’après les documents et données récoltées et les aveux des personnes arrêtées, Ansar Al Charia préparait d’autres assassinats ainsi que des opérations terroristes que "la police a pu déjouer". Il a ajouté que "la phalange Okba Ibn Nafaâ, dont les terroristes sont retranchés au Châambi, a des liens avec Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi)".

Ben Jeddou se veut rassurant, “le nombre de terroristes détenus actuellement en prison est supérieur au nombre de terroristes retranchés dans les montagnes”, et d’ajouter: “il ne faut pas exagérer le phénomène terroriste, mais cela ne veut pas dire le minimiser. La Tunisie est menacée comme n’importe quel autre pays.”

Cherchant à éviter les amalgames, il a tenu à préciser que "tous les salafistes n'appartiennent pas à Ansar Al Charia".

Structure d’Ansar Al Charia

"Ansar Al Charia dispose d’une aile militaire secrète" a affirmé M. Ben Jeddou. Selon les informations des services du ministère de l’Intérieur, la structure de l’organisation repose sur un Émir en haut de l’échelle et quatre ailes: la daâwa, l’aile sécuritaire, l’aile militaire et enfin l’aile financière. "Beaucoup de gens ne connaissent que l’activité de prédication d’Ansar Al-Charia" déplore le ministre.

Seif Allah Ben Hassine, alias Abou Yadh, contre qui un mandat international a été émis, est l’Émir d’Ansar Al Charia. L’un de ses seconds, Mohamed Akari, "responsable de l’aile militaire a été arrêté. Ce dernier, présenté comme un vétéran d'Al Qaïda, est un ancien détenu à la prison d’Abou Ghraib. Il était accusé d’attentats contre les américains en Iraq en 2005. Une vidéo de ses déclarations à la police a été diffusée lors de la conférence de presse pour prouver l’implication de l’organisation dans les opérations terroristes. Il disait "collecter des informations sur les personnalités à éliminer" et "s’occuper de la logistique dans les opérations".

Une conversation sur Skype a également été diffusée où deux personnes, dont l’une avec un accent oriental expliquait le mode opératoire des attentats et autres actions terroristes. Les endroits visés seraient principalement les établissements de sécurité. "Ansar Al-Charia prévoit d'exploiter l'instabilité dans le pays et d'attaquer des cibles sécuritaires et militaires", a expliqué le directeur général de la Sûreté publique, Mustapha Ben Amor.

Lors de cette même conversation, on évoque également le recrutement de filles et de personnes dans le milieu universitaire qui éloigneraient les soupçons. L’arrestation d’une jeune fille "niqabée" âgée de 17 ans a permis le démantèlement, le 9 août courant, d’un réseau de filles mineures que cette dernière recrutait pour le "djihad niqah", a précisé M. Ben Amor.

Personnalités visées

L'organisation a commandité les assassinats de Chokri Belaid le 6 février et Mohamed Brahmi le 25 juillet, d'après le ministère de l'Intérieur. "Plusieurs personnalités politiques et médiatiques étaient visées", a déclaré M. Ben Amor. Leurs noms ont été retrouvés sur les documents collectés lors des assauts de quelques domiciles. Il s’agit de :

  • Naoufel Ouertani, Haythem El Mekki, Sofiane Ben Farhat, Lotfi Laâmari: journalistes
  • Taieb Baccouch, Mongi Rahoui, Slah Eddine Zahaf, Salma Baccar, Maya Jribi, Khemais Ksila, Olfa Youssef, Ameur Larayedh: personnalités politiques
  • Wided Bouchamaoui: présidente de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA)
  • Ferid El Béji: imam
  • Lina Ben Mhenni (et son frère Faouzi Ben Mhenni): blogueuse
  • Mohamed Talbi: islamologue
  • Nouri Bouzid: réalisateur
  • Habib Kazdaghli: doyen de l’université de la Manouba

Le président de l’Assemblée constituante Mustapha Ben Jaâfar et le poète Sghaeir Weld Ahmed sont également ciblés selon les informations du ministère.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a refusé de préciser le nombre des personnes membres ou liées à Ansar Al Charia, ni ceux qui la financent en Tunisie. Le directeur général de la Sûreté publique a toutefois déclaré que les financements étrangers provenaient de trois principaux pays: La Libye, le Yémen et le Mali.

Beaucoup d’arrestations ont été effectuées selon le ministère de l’Intérieur sans préciser le nombre exact. Une liste d'une vingtaine de personnes impliquées, dont certaines sont encore en fuite, a été diffusée. Plusieurs jeunes, âgés entre 20 et 23 ans, présentés comme "de nouvelles recrues" y figurent.

Sur le web

Tunisie : Le ministère de l'Intérieur "révèle la vérité" sur Ansar Charia

Ali Larayedh: Ansar Al-Charia est officiellement classée en tant qu ...

Tunisie : le gouvernement accuse Ansar Al-Charia des meurtres d ...

Le gouvernement tunisien accuse « Ansar El Chariâ» d'avoir tué ...