Le film du franco-tunisien Abdelatif Kechiche, primé à Cannes, ne sera pas diffusé au festival de Hammamet 2013. L'attachée de presse du festival a confirmé qu'il n'était pas au programme tout en nuançant ces propos: "il n'est officiellement pas au programme à moins d'une surprise...".

Palme d’or du Festival de Cannes 2013, ce film a déjà fait l’objet de nombreuses polémiques. Récompensé en plein débat sur le mariage pour tous en France, plusieurs opposants à la loi ont dénoncé un "coup médiatique". Le film traite en effet de l’histoire d’amour entre deux femmes.

Salué par la critique et adulé à Cannes, l’équipe technique a néanmoins révélé des conditions de tournage éprouvantes, avec près de 750 heures de rush pour un film d'une durée totale de 3 heures.

La projection en Tunisie avant sa sortie officielle, aurait été une sorte d’hommage rendu au pays natif du réalisateur. Celui-ci ayant adressé ces derniers mots de remerciement "à la jeunesse de la révolution tunisienne, pour leur aspiration à vivre eux aussi librement, et à aimer librement".


Extrait du film "La vie d'Adèle"

Morale et 7ème art

La diffusion sur Nessma TV du film "Pérsepolis" de la franco-iranienne Marjane Satrapi en 2011 et la projection du controversé "Laïcité Inchallah" de la franco-tunisienne Nadia El Fani avaient créé de nombreuses polémiques. Le scénario pourrait-il se reproduire avec le film d'Abdelatif Kechiche? Le cinéaste et universitaire Ferid Boughdir, contacté par le HuffPost Maghreb a réagit à son éventuelle projection:

"Je suis contre, on ne veut pas faire de cadeaux aux salafistes. Ca aurait été la même chose que dans le cas des Femen, c'est donner du grain à moudre aux salafistes. Il y a liberté et liberté, et cette liberté-là doit être tactique et stratégique".

A l'inverse, Mohamed Damak, réalisateur du film "Jeudi après-midi", contacté également par le HuffPost Maghreb, s'oppose lui à l'idée de censurer le film: "on ne doit pas priver le public d'une oeuvre intégrale, il faudrait cependant avertir par rapport aux scènes qui pourraient heurter la sensibilité des spectateurs".

"Empêcher que ce film soit vu serait anti-démocratique", avait pour sa part insisté Kechiche sur France Inter, rappelant qu'il était prêt à couper quelques scènes si le film venait à être diffusé en Tunisie.

Selon les programmes officiels des festivals tunisiens, aucune version de "La vie d'Adèle" ne sera diffusée dans le pays cet été. Notons que sa sortie en France est prévue pour le 9 octobre prochain, et que le film sera donc certainement disponible chez les vendeurs de DVD locaux à la même période.

LIRE AUSSI:

Abdellatif Kechiche devant la caméra de Nouri Bouzid dans "Bezness" en 1992
BEZNESS - 2 par flachfilm