Huffpost Maghreb mg

SLF: le magazine du salafi moderne

Publication: Mis à jour:

Les 5 destinations de rêve pour un djihadiste”, “Pourquoi les koffars essayent-ils de nous ressembler”, "Salafis vs Talafi", ou encore, “6 astuces pour éviter le feu du rasoir”, c’est le genre d’articles qu’on retrouve sur SLF Magazine. Un magazine en ligne lancé par Bader Lanouar, alias Abou Hamzaoui Attounissi, dans lequel il parle de “high-tech”, de “fashion” et de “lifestyle” avec une vision de "salafi moderne" comme il se définit. A 34 ans, ce père de deux enfants, se présente comme “entrepreneur dans le domaine du web" et.... “Superman à ses heures perdues”.

Habitant à Sousse, Bader Lanouar a décidé de créer SLF Magazine, pour parler des salafistes, comme lui, mais aussi pour “faire tomber les barrières”. Dans ses articles, il adopte un ton décalé et ironique. A première vue, on se demande s’il s’agit d’un site satirique, ou si l’auteur pense réellement ce qu’il écrit. "C'est de l’autodérision plutôt mais avec des articles parfois plus ou moins sérieux", commente-il sur son site. Aux questions du HuffPost Maghreb, il répond parfois avec sérieux, parfois avec dérision.

HPMG: Pourquoi vous avez créé ce magazine?

Bader Lanouar: J’ai réalisé qu’il existe des magazines pour tous les publics: des magazines de rap, de mode, de musique, de high-tech, de sport, etc. Et nous les salafis, nous n’avons pas notre propre magazine, alors que nous aussi, nous nous intéressons à de nombreux domaines dont la mode (la nôtre!), les nouvelles technologies, l’actualité, les explosifs [!], etc. En fait, nous sommes exactement pareils que tous les Tunisiens : nous aimons assortir notre qamis à notre Kalashnikov [!] , discuter entre frères de tout et de rien, posséder le dernier téléphone portable ou la dernière tablette.

D’un autre coté, de nombreuses personnes possèdent une idée complètement fausse sur les salafis, et cette idée est propagée par les médias : ils pensent qu’il s’agit de personnes qui descendent d’une autre planète. J’ai lu dernièrement sur un site de propagande “ces barbus dans leur drôle d’accoutrement”. No comment! ou plutôt si: comment. Bientôt sur SLF Magazine.

HPMG: Et pourquoi vous avez choisi de le faire en français?

Bader Lanouar: Pour parler aux koffars (mécréants, ndlr) dans la langue des koffars! Non, je déconne! D’abord parce que j’écris mieux en français, et ensuite parce que c’est un créneau qui était disponible.

HPMG: Combien de personnes gèrent le site?

Bader Lanouar: Pour gérer ce magazine et la page Facebook qui lui est associée, je suis seul. Je suis d’ailleurs à la recherche de jeunes talents qui aiment faire couler le sang…euh l’encre, pour constituer une petite équipe. Les sujets sont nombreux mais c’est le temps qui manque.

Si l’on regarde de plus près, ce magazine ce sont les histoires, les anecdotes, les idées, les on-dit et les rumeurs dont parlent les salafis que je connais et avec lesquels je passe mon temps à la mosquée, au café, à la montagne Chaâmbi…. Donc même si c’est moi qui écris, il est évident que le résultat final est le récapitulatif de nos discussions et de notre état d’esprit à tous, ou du moins d’une grande partie d’entre nous.

HPMG: Vous utilisez souvent l'ironie dans vos articles, pourquoi?

Bader Lanouar: D’abord, il est plus facile de faire passer le message par l’humour qui est un langage universel et qui réussit à faire tomber les barrières rapidement. Il est parfois plus efficace de faire rire quelqu’un que de le bassiner avec une tonne d’informations sur un ton sérieux et austère.

En plus, l’ironie n’est pas étrangère à l’islam, Allah dit dans sourate Alkahf (la Grotte): “Quiconque le veut qu’il croit et quiconque le veut qu’il mécroie”. Sachant très bien ce qui attend les mécréants, pour moi c’est de l’ironie. En leur disant : vous êtes libres de mécroire puis en ajoutant dans le même verset: “Nous avons préparé pour les injustes un feu dont les flammes les cerneront de toutes parts”, Allah utilise l’ironie pour décourager les injustes.

HPMG: Vous pensez donc que grâce à l’utilisation d’un ton original, vous allez bousculer les idées reçues ?

Bader Lanouar: Le but étant en premier lieu de faire passer le message de l’islam authentique avant de bousculer les idées reçues. Si cela réussit à changer les choses tant mieux mais sinon l’islam est la religion d’Allah, elle est parfaite et n’a, en aucun cas, besoin d’être embellie pour être acceptée.

Notre objectif étant de transmettre les valeurs de cette religion, comme disait l’un des compagnons : “Si les rois et les fils des rois savaient dans quel bonheur nous nous trouvions, ils viendraient nous le réclamer avec les épées”.

Pour communiquer, nous utilisons tous les canaux qui sont disponibles. Certes, nous n’avons pas les moyens, ni les ressources, que possèdent ceux qui salissent l’image de la “salafiya”, mais grâce à Dieu nous avons pour l’instant réussi à créer un lien avec les gens qui savent en majorité, que nous ne sommes pas les monstres sanguinaires que veulent dépeindre les médias occidentaux et malheureusement locaux aussi. D’ailleurs de nombreuses personnes sympathisent avec notre cause et réalisent de plus en plus que la démocratie que leur promettent certains, n’est qu’un mensonge et que le seul système valable et qui, de plus, est un système divin et parfait qui ne peut être corrompu est la charia.

Sur le web

France : « Il y a davantage de salafis issus de familles immigrées ...

Salafisme : les raisons d'un succès. Entretien avec Samir Amghar.

«Les salafistes en France restent dans leur bulle» - Le Figaro