Sans surprise, la flambée des prix a été au rendez-vous dès le premier jour de Ramadan. Malgré la fixation des prix de viande par le ministère du Commerce, des dépassements ont été enregistrés. Au marché, le prix des fruits a connu une hausse importante.

Viande: non application des prix fixés

Des dépassements en matière d’application des tarifs des viandes rouges fixés par le ministère du Commerce, ont été enregistrés par les services de contrôle économique, au cours du premier jour de Ramadan a déclaré à la TAP, M.Abdelkader Timoumi, directeur du contrôle économique, au ministère du commerce et de l’artisanat.
Le 20 juin 2013, le ministère du Commerce avait fixé le prix de la viande rouge:

  • viande ovine à 16 dinars/kg

  • viande bovine à 15,5 dinars/kg

  • côtelettes bovines à 13,200 dinars/kg

  • viande bovine avec os 9,700 dinars/kg

Ce mardi, de nombreux propriétaires de boucheries se sont rassemblés devant le siège du gouvernorat de Ben Arous pour exprimer leur refus d'appliquer les nouveaux tarifs des viandes rouges qui, selon eux, ne couvrent pas leurs dépenses et ne leur assurent pas une marge bénéficiaire correcte. Selon un responsable du gouvernorat, des réunions ont eu lieu avec la Chambre syndicale des bouchers et il a été convenu que le contrôle des prix sera appliqué avec souplesse.

Hausse importante du prix des fruits

Au premier jour de Ramadan, une hausse importante du prix des fruits par rapport à l’année dernière a été enregistrée. Un responsable du ministère du Commerce l’a expliquée par l’apparition de certaines maladies qui ont touché l’arboriculture fruitière, notamment les poiriers qui ont été affectés par la maladie du feu bactérien.

A Bab El Kadhra et au marché central à Tunis, un journaliste de la TAP a constaté un renchérissement perceptible du prix des fruits:

  • Le kilo de pêches plates (Boutabguea) s’élève à 5.980 D

  • Le kilo de raisins varie entre 2,5 dinars et 3,480 D

  • Le kilo de figues varie entre 2 D et 3,490 D

  • Le kilo de melons atteignant 1,180D

  • Le kilo de pastèques est stabilisé à 400 millimes

Le kilo de dattes a atteint 7,5 D, au marché central, ce qui est considéré comme un prix relativement élevé, étant donné que les quantités commercialisées proviennent de la récolte de l’année dernière, en attendant la nouvelle récolte au mois d’Octobre.

Pour ce qui est des légumes, leurs prix sont, selon l’avis des citoyens, acceptables en comparaison avec ceux des fruits.

  • Le kilo de pommes de terre varie entre 650 et 700 millimes
  • Le kilo de tomates entre 400 et 650 millimes
  • Le kilo d’oignon est de 600 millimes

En revanche, les prix des piments, sont en nette augmentation:

  • Le kilo de Meski s’élève à 1,495 D
  • Le kilo de piments doux s’élève à 1,850 D

S’agissant des légumes à feuilles, le bouquet de persil atteint 400 millimes et le prix de la laitue se situe entre 450 et 850 millimes.