Djokhar Tsarnaev, l'auteur du double attentat qui avait endeuillé en avril le marathon de Boston, a comparu mercredi 10 juillet 2013, pour la première fois et plaidé "non coupable" lors d'une audience au tribunal fédéral de Boston. Le jeune homme d'origine tchétchène, s'est vu signifier les 30 chefs d'accusation retenus contre lui, dont 17 passibles de la peine de mort. Tsarnaev, 19 ans, qui avait été grièvement blessé par balle lors d'une confrontation avec la police le 18 avril, a répété sept fois les termes "non coupable", au fur et à mesure que lui étaient signifiés les chefs d'accusation. Djokhar Tsarnaev est notamment accusé "d'utilisation d'une arme de destruction massive ayant causé la mort" et "d'attentat dans un lieu public ayant causé la mort".

Retour sur les faits

Tsarnaev, naturalisé Américain l'an dernier vivait depuis 10 ans dans la région de Boston. Il était étudiant sur le campus de l'Université du Massachusetts (U-Mass) à Dartmouth, et semblait bien intégré. Tsarnaev est accusé d'avoir préparé et fait exploser, avec son frère aîné Tamerlan, les deux bombes artisanales placées dans des cocottes-minute remplies de clous et de billes d'acier pour maximiser les dégâts. Tamerlan, 26 ans, le plus radical des deux frères, a été tué lors d'une confrontation avec la police le 18 avril. À l'issue d'une vaste chasse à l'homme, Djokhar Tsarnaev a été arrêté le lendemain, grièvement blessé, caché dans un bateau entreposé dans un jardin de Watertown, en banlieue de Boston.

Sur une paroi intérieure du bateau, par écrit, Djokhar Tsarnaev a expliqué son acte.

"Le gouvernement américain tue nos civils innocents. Je ne peux pas supporter de voir ce mal rester impuni. Nous, musulmans, sommes un seul corps, vous faites du mal à l'un de nous, vous nous faites du mal à tous". "Je n'aime pas tuer des civils innocents. L'islam l'interdit (...) mais arrêtez de tuer nos innocents et nous arrêterons" avait écrit Tsarnaev.

Arrivé à Boston à 8 ans avec sa famille en provenance du Daguestan, Djokhar Tsarnaev était profondément marqué par son histoire familiale, ballotté, enfant, du Caucase du Nord au Kirghizstan, avant d'immigrer aux Etats-Unis en 2002.

Une prochaine audience technique est prévue le 23 septembre, à laquelle il n'assistera pas.

La vidéo surveillance qui a permis au FBI d'identifier les jeunes frères