Les Frères musulmans égyptiens ont appelé lundi à un "soulèvement", après des tirs de l'armée contre une manifestation de partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont fait au moins 35 morts selon la confrérie.

Le parti de la justice et de la liberté (PLJ), vitrine politique des Frères musulmans, appelle dans une déclaration écrite au "soulèvement du grand peuple d'Egypte contre ceux qui sont en train d'essayer de lui voler sa révolution avec des chars".

Le PLJ "presse la communauté internationale, les groupes internationaux et tous les hommes libres du monde d'intervenir pour empêcher d'autres massacres (... et) l'apparition d'une nouvelle Syrie dans le monde arabe".

L'armée égyptienne a expliqué lundi que des "terroristes armés" avaient attaqué le siège de la Garde républicaine au Caire, où les Frères musulmans ont annoncé que 35 manifestants avaient été tués, selon un communiqué cité par le quotidien d'Etat Al-Ahram.

"A l'aube, un groupe de terroristes armés a essayé d'envahir le bâtiment de la Garde républicaine, attaquant les soldats et la police, provoquant la mort d'un officier et blessant plusieurs conscrits, dont six sont dans un état critique", a assuré le communiqué.

Plus tôt, des manifestants avaient affirmé par téléphone à l'AFP que l'armée et la police avaient tiré à balles réelles et lancé des grenades lacrymogènes pour disperser les participants à un sit-in devant le bâtiment militaire.

Réagissant à la mort des manifestants islamistes, le parti salafiste al-Nour a annoncé lundi son retrait des discussions pour la nomination du Premier ministre et la formation d'un gouvernement de transition, dénonçant un "massacre".

Les partisans des Frères musulmans sont mobilisés en masse depuis plus de dix jours dans différents endroits du Caire pour défendre la "légitimité" de l'ex-chef d'Etat, premier président élu démocratiquement de l'histoire du pays.

Mercredi soir, l'armée a déposé M. Morsi après des manifestations d'une ampleur inédite en Egypte. Les forces de sécurité ont ensuite lancé une campagne d'arrestations à l'encontre de la puissante confrérie, incarcérant plusieurs de ses haut dirigeants.


Loading Slideshow...